in

Le FBI a eu besoin de deux mois pour débloquer un iPhone 11 !

Crédits : Max Pixel

Le manque de collaboration d’Apple avec le FBI est au cœur d’une nouvelle affaire aux États-Unis. Celle-ci est relative à des fraudes dans le cadre de la campagne et l’élection de Donald Trump à la présidence du pays. Heureusement, le FBI a trouvé un allié l’ayant aidé dans son entreprise.

Le FBI en difficulté avec un iPhone

Depuis les prémices des smartphones, le géant Apple ne désire pas donner accès à ses mobiles au FBI. Ainsi à chaque fois que le bureau d’investigation se retrouve face à un iPhone, celui-ci doit se débrouiller seul. Comme l’explique un article publié par Engadget le 22 janvier 2020, le FBI a récemment mis deux mois à débloquer un iPhone 11 !

Au passage, rappelons qu’il s’agissait du smartphone de Lev Parnas, un homme d’affaires étasunien, associé de Rudy Giuliani, ancien maire de New York. L’intéressé a été inculpé pour des violations en lien avec la campagne de Donald Trump, président des États-Unis depuis 2017. Le FBI a expliqué que le suspect avait refusé de donner ses codes d’accès et que Apple s’était une nouvelle fois montré ferme dans sa volonté de ne pas collaborer.

tweet affaire Lev
L’information a été dévoilée par Joseph A. Bondy, un avocat de Manhattan.
Crédits : Joseph A. Bondy / Twitter

Un renfort de poids !

Bien que cela n’ait pas été confirmé officiellement, il semble que le FBI ait finalement fait appel aux services de Cellebrite, une société basée en Israël. Entre autres experte dans le déverrouillage de smartphones, la start-up a donc permis de contourner la sécurité de l’appareil ciblé. Toutefois, le FBI a encore du pain sur la planche avec d’autres appareils de Lev Parnas, dont un ordinateur.

Nous avions récemment évoqué la société Cellebrite dans le cadre du salon Milipo, un événement qui s’est déroulé du 19 au 22 novembre 2019 à Paris. Or, la start-up israélienne y avait présenté UFED, une solution permettant de déverrouiller n’importe quel smartphone. L’objectif est d’extraire automatiquement une foule de données, telles que les SMS et autres photos. Lors de cette présentation, Cellebrite avait affirmé que le dispositif pouvait venir à bout de n’importe quel appareil tournant sous Android. Celui-ci peut également s’attaquer aux iPhones, dont ceux tournant sous iOS 13.

Source

Articles liés :

Apple mentirait à propos de l’autonomie de ses iphones !

Apple confirme que les iPhone équipés de vieilles batteries sont volontairement ralentis

Un iPhone a été littéralement passé à la moulinette par des scientifiques !