in

Le discours préparé par Nixon si les astronautes n’étaient pas revenus

Le président américain de l'époque, Richard Nixon. Crédits : Bob Daughtery

Cette semaine marque le 50e anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la Lune. Mais si tout ne s’était pas passé comme prévu ? Le président de l’époque, Richard Nixon, s’était préparé à cette éventualité. Il avait même fait rédiger un discours.

Le 20 juillet 1969, les astronautes Buzz Aldrin et Neil Armstrong ont écrit l’histoire en devenant les premiers Hommes à marcher sur la Lune. Le président de l’époque, Richard Nixon, en a bien évidemment profité pour leur passer un petit coup de fil. Une conversation diffusée en direct à la télévision et forcément devenue célèbre. Mais ce speech n’était pas le seul préparé par Nixon. En cas d’échec de la mission – autrement dit, si les astronautes étaient contraints de rester sur la Lune à jamais – le président s’était également apprêté pour appeler les femmes d’Armstrong et d’Aldrin, dans le but de leur annoncer la nouvelle. Il avait aussi demandé à ce qu’on lui prépare un discours pour la nation.

« Ces hommes devaient soit mourir de faim, soit se suicider »

Car, si le module lunaire a effectivement atterri sans encombre sur la mer de la Tranquillité cette nuit-là, le plus compliqué restait de revenir vers le module de commande, où Michael Collins les attendait. La manœuvre était même la plus risquée de la mission. En cas d’échec, Armstrong et Aldrin auraient alors tout bonnement été contraints de rester sur la Lune. Nixon en était conscient et, se préparant au pire, il avait demandé à son rédacteur de discours – William Safire – de lui présenter un plan d’urgence « en cas de catastrophe lunaire ».

« S’ils ne pouvaient pas [le faire], ils devaient être abandonnés sur la Lune, laissés là pour y mourir, explique Safire à Meet the Press. Ces hommes devaient soit mourir de faim, soit se suicider ». Ce plan, proposé au chef du cabinet de Nixon, HR Haldeman, deux jours avant les hostilités, impliquait dans un premier temps que le président devait appeler les veuves des astronautes avant d’annoncer la terrible nouvelle à ses concitoyens.

Buzz Aldrin sur la Lune en 1969. Crédits : Pixabay

« De l’espoir pour l’humanité dans leur sacrifice »

Si un tel discours avait été tenu ensuite, nous aurions alors écouté les mots suivants : « Le destin a décrété que les hommes qui sont partis sur la Lune pour l’explorer en paix resteraient sur la Lune pour reposer en paix (…) Ils seront pleurés par leurs familles et amis, par leur nation et par les gens du monde. Ils seront pleurés par la Terre mère qui a osé envoyer deux de ses fils vers l’inconnu ». En cas d’échec, Armstrong et Aldrin auraient également été conscients qu’il n’y avait aucun espoir de rattraper la situation, mais qu’il y avait « de l’espoir pour l’humanité dans leur sacrifice ».

Nixon aurait alors conclu son allocution par ces mots : « Tout être humain qui lèvera les yeux vers la Lune dans les nuits à venir saura qu’il existe un petit recoin d’un autre monde qui est à tout jamais l’Humanité ». Quelques jours plus tard, une cérémonie funéraire aurait eu lieu en mer.

Toujours est-il que Nixon – pour le plus grand bonheur de l’humanité – n’a jamais eu à prononcer ces mots. Aldrin et Armstrong ont en effet réussi à rejoindre Collins en orbite, avant de revenir sur la Terre. En 2024, d’autres suivront probablement leurs traces, dans le cadre de la mission ARTEMIS. On l’espère, là aussi, sans encombre.

Articles liés :

Une lune en train de se former à 370 années-lumière de la Terre

Que sont devenues les graines qui ont fait le tour de la Lune en 1971 ?

Apollo 11 : revivez les premiers pas de l’Homme sur la Lune en réalité augmentée