in

Le dérèglement climatique menace les barrages hydroélectriques

Crédits : Romain Longieras / iStock

Il ne fait aucun doute que l’hydroélectricité est essentielle dans le cadre de l’actuelle transition énergétique. En effet, il s’agit là de la première énergie verte au monde. Malheureusement, il plane sur cette source d’énergie une menace très sérieuse provenant d’un phénomène causé par l’actuel changement climatique.

Une source d’énergie essentielle

En juin 2021, l’Agence internationale de l’énergie (IEA) publiait un rapport soulignant à nouveau l’importance de l’hydroélectricité. Sur l’année 2020, les barrages hydroélectriques ont produit un sixième de la production d’électricité à l’échelle mondiale. Or, il est ici question d’une quantité plus importante que celle de l’ensemble des autres sources d’énergie renouvelable. L’IEA estime que l’hydroélectricité joue un rôle primordial dans la transition vers l’énergie propre. Il faut dire que cette technologie fournit une électricité à faible teneur en carbone et est très intéressante en termes de stockage et de flexibilité.

Néanmoins, un obstacle vient se dresser sur la route de cet important composant de la transition énergétique : le dérèglement climatique. Comme l’explique l’agence Reuters dans un article du 14 aout 2021, il est question d’un phénomène bien connu induit par le réchauffement climatique, à savoir la sécheresse.

barrage hydroelectrique
Crédits : Navapon_Plodprong/ iStock

L’hydroélectricité mise à mal

Ces dernières années, la sécheresse a causé des chutes du niveau d’eau des lacs de retenue de nombreux barrages. Durant l’été 2021, la centrale hydroélectrique Edward Hyatt exploitant le lac d’Oroville en Californie (États-Unis) a tout simplement fermé ses portes, une première depuis sa construction en 1967. Il faut dire que le lac était descendu à 24 % de sa capacité totale. Toujours aux États-Unis, la gigantesque centrale hydroélectrique du célèbre barrage de Hoover fonctionnait à seulement 25 % de sa capacité en juillet 2021.

Sans surprise, d’autres régions sont touchés. Citons notamment le Brésil, où 61 % de la production électrique nationale repose sur l’hydroélectricité. Dans ce pays, le niveau d’eau des lacs de retenue n’a pas été aussi faible depuis plus de 90 ans. L’été 2021 a été également très compliqué pour la Chine, où la sécheresse a entraîné la pire pénurie d’énergie depuis une dizaine d’années. En effet, de nombreuses usines ont été contraintes de fermer leurs portes durant plusieurs semaines.

Enfin, il faut savoir que le succès de l’hydroélectricité pousse les gouvernements à construire constamment de nouveaux barrages. Cependant, il est souvent question de grands projets concentrant les risques aux mêmes endroits et posant des problématiques face aux actuelles incertitudes climatiques. Par exemple, ce genre de situation se retrouve en Afrique de l’Est. Dans cette région, les différents barrages – sur le Nil et le Zambèze – subissent actuellement les aléas des variations de précipitations.