in

Le Département de la Défense des États-Unis pourrait avoir sa propre station spatiale !

Crédits : Sierra Nevada Corporation (SNC)

Récemment, une société a annoncé la signature d’un contrat avec le Département de la Défense des États-Unis. L’objectif ? Développer une station ou plutôt un avant-poste spatial autonome qui pourrait être mis sur orbite en 2022.

Une station spatiale évolutive et autonome

Dans un contexte de tensions spatiales avec la Chine et la Russie, les États-Unis sont en passe d’être à l’origine d’un nouveau tournant. Dans un communiqué publié par la société Sierra Nevada Corporation (SNC) le 14 juillet 2020, il est question d’un contrat signé avec la Defense Innovation Unit (DIU). Rappelons que la DIU est une division du Département de la Défense des États-Unis, donc l’objectif est d’aider l’armée à utiliser plus rapidement les technologies commerciales émergentes.

véhicule shooting star
Le véhicule de transport Shooting Star – Crédits : Sierra Nevada Corporation (SNC)

Selon le communiqué, le contrat stipule une réutilisation du véhicule de transport Shooting Star de SNC. Le Shooting Star était initialement prévu pour approvisionner la station spatiale internationale (ISS). Néanmoins, le véhicule servira au final de base de conception d’un avant-poste orbital sans pilote.

SNC évoque une station spatiale évolutive et autonome pour des expériences et des démonstrations logistiques. Plus précisément, il est question de missions d’assemblage spatial, d’expérimentation, de logistique, de fabrication, de formation, de tests et d’évaluation. Il s’agira aussi de missions portant sur la microgravité. Évoquons au passage que l’assemblage spatial a pour but de mettre sur orbite des satellites directement depuis l’Espace.

Jusqu’où ira le Pentagone ?

Selon un article de The Dive, la station pourrait également servir à tester des systèmes de communication. Toutefois, il pourrait aussi être question de systèmes de partage de données ou de navigation. Un peu plus inquiétant tout de même, la station serait également capable d’accueillir des capteurs à des fins de renseignement, de surveillance ou encore de reconnaissance. Il n’est par ailleurs pas impossible que l’engin soit équipé d’armes défensives ou offensives.

SNC évoque la possibilité de placer la station sur différentes orbites. Citons l’orbite terrestre moyenne, l’orbite hautement elliptique ou encore les orbites géosynchrones de la Terre (GEO). Par ailleurs, précisons que le Pentagone n’a pas encore réagi à ce communiqué, si bien que le doute plane encore. Toutefois, il est difficile de croire à une fake news. En effet, la Sierra Nevada Corporation est une fournisseuse de longue date de l’Armée américaine, de la NASA et de l’industrie spatiale.

En juin 2020, le Pentagone avait fait une annonce surprenante. Celle-ci concerne un autre terrain où se déroule une guerre technologique : l’intelligence artificielle. Son projet est de faire combattre deux avions de chasse, le premier piloté par un humain et le second totalement autonome géré par une IA.