in

Le débit de parole, élément clé de la réussite en entretien d’embauche

Crédits : adabara / Pixabay

Se concentrer davantage sur le fait d’être chaleureux et affirmé, plutôt que sur le fait de contenir ses tics nerveux et son stress, voici le conseil de deux psychologues canadiennes auteures d’une étude comportementale sur les entretiens d’embauche. Un élément semble jouer un rôle clé à la réussite : le débit de parole.

Afin d’étudier quels sont les facteurs qui jouent un rôle déterminant dans l’issue favorable ou non d’un entretien d’embauche, deux psychologues, Amanda Feiler et Deborah Powell, de l’Université de Guelph au Canada, ont étudié les indices d’anxiété qui se manifestent au cours de ces entretiens, et comment ceux-ci sont perçus.

Leur étude, publiée dans le Journal of Business and Psychology, avait pour objet la simulation d’entretiens de 125 étudiants, pour lesquels 18 enquêteurs évaluaient à quel point le candidat était perçu comme anxieux grâce à des questionnaires. De nombreuses manières révélaient l’anxiété des candidats, par exemple le fait de réajuster ses vêtements, se mordre les lèvres ou encore prendre son temps avant de répondre.

Mais en croisant les données récoltées lors de ces 125 entretiens, l’étude a révélé que le seul indice comportemental qui conditionne réellement la décision du recruteur est le débit de parole du candidat. En clair, plus le candidat parlait lentement, moins l’issue de l’entretien était favorable.

En effet, il est ressorti de l’étude qu’un candidat présentant un débit de parole plus lent était jugé moins assertif (la capacité à affirmer ses opinions sans entrer en conflit), et moins chaleureux, deux critères très influents lors d’un entretien d’embauche. « Dans l’ensemble, les résultats indiquent que les personnes interrogées devraient moins se concentrer sur leurs tics nerveux et plus sur les impressions plus larges qu’ils véhiculent », commente Amanda Feiler.

Source : phys

 

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi