in

Le chatbot Eugene Goostman n’avait pas vraiment réussi le test de Turing

Crédits : Eugene Goostman

Il y a trois ans, l’intelligence artificielle russe baptisée Eugene Goostman aurait réussi le célèbre test de Turing. Cependant, le pas en avant qui avait été annoncé pour les IA n’a pas eu lieu car des experts ont remis en cause cette expérience. Retour sur ce qui aurait pu être une révolution pour l’intelligence artificielle !

Créée en 2001 par une équipe russe, l’intelligence artificielle Eugene Goostman est un agent conversationnel, autrement dit un chatbot. En 2014, The Independant dévoilait une information surprenante : ce chatbot aurait réussi le test de Turing, une proposition de test d’intelligence artificielle fondée sur la faculté d’une machine à imiter la conversation humaine. Ce test avait été décrit par le mathématicien et cryptologue britannique Alan Turing en 1950.

Le test se déroule ainsi : des juges posent des questions à l’écrit durant cinq minutes sans avoir connaissance d’avoir en face un ordinateur ou un véritable humain. Les juges doivent ensuite se prononcer et affirmer s’il s’agit d’une IA ou d’un homme. Le test est validé dans le cas où le programme parvient à induire plus de 30 % des juges en erreur, mais il faut savoir que cela n’avait jamais été le cas depuis la création de ce même test.

Dans le cas de l’IA Eugene Goostman, 33 % des juges de la Royal Society of London auraient été trompés le 7 juin 2014. Cependant, après l’annonce de cette victoire par l’organisateur du test, c’est-à-dire l’University de Reading (Royaume-Uni), de nombreuses critiques avaient fusé de toutes part. Tout d’abord, il faut savoir que l’IA simule un enfant ukrainien de 13 s’exprimant en anglais, ce qui a forcément influencé les juges à tolérer diverses erreurs de langage et autres contresens. Par ailleurs, il est plus aisé de persuader les juges que le chatbot est un enfant de 13 ans plutôt qu’un adulte avec un vocabulaire plus élaboré et une maîtrise grammaticale plus convaincante.

Si nous évoquons cette petite histoire, c’est que tout récemment, un programme aurait passé une version téléphonique de ce test. Lors de la conférence I/O 2018 qui s’est déroulée du 8 au 10 mai 2018, Google a déclaré que son assistant Duplex est parvenu à tromper ses interlocuteurs lors d’échanges de courte durée pour des réservations téléphoniques. Cependant les critiques sont encore là, et le test de Turing lui-même est très controversé depuis des années.

Sources : MaxiSciencesFutura Sciences