in

L’azoospermie serait source de mort prématurée chez l’homme

Crédits : Flickr / Karl-Ludwig Poggemann

Une étude américaine suggère que les hommes atteints d’azoospermie – absence totale de spermatozoïdes dans le sperme éjaculé – auraient une espérance de vie moyenne inférieure à 50 ans !

Une maladie générant l’infertilité

L’azoospermie correspond chez l’homme à une absence totale de spermatozoïdes dans le sperme. Ce trouble est la cause de 15 % des cas d’infertilité masculine. Comme l’explique la plateforme FivFrance (fécondation in vitro), ce problème peut avoir deux causes. Il peut s’agir d’un obstacle sur les voies génitales au niveau des canaux déférents (voir schéma ci-après) empêchant le passage des spermatozoïdes produits normalement par le testicule. Cela peut aussi venir d’un problème sécrétoire – pour diverses raisons – c’est-à-dire que les testicules ne produisent pas de spermatozoïdes.

Crédits : Wikipedia

L’azoospermie et l’espérance de vie

À l’occasion du dernier congrès de l’American Society of Reproductive Medicine à Denver (États-Unis), une étude a été présentée le 9 octobre 2018. Menées par la docteure Clara Helene Glazer basée à Copenhague (Danemark), ces recherches ont porté sur 50 000 hommes danois infertiles ayant été suivis de 2006 à 2015.

Les patients ont tout d’abord été triés en fonction du trouble de la fertilité dont ils étaient atteints. Par la suite, les médecins ont étudié leur espérance de vie et leurs bilans de santé, puis les ont comparés avec ceux ayant subi une vasectomie et ceux sans aucun problème de fertilité. Or, la conclusion de l’étude indique que les hommes atteints d’azoospermie meurent en moyenne à 48,8 ans ! Il s’agit du seul groupe ayant montré une espérance de vie plus réduite par rapport aux autres troubles.

Les chercheurs ont par ailleurs indiqué que cette découverte avait été faite très tardivement, car jusqu’à présent, la plupart des recherches s’étaient focalisées sur l’infertilité féminine.

À LIRE ÉGALEMENT : La régression du nombre de spermatozoïdes est-elle une source de danger pour l’humanité ?

Que faut-il faire ?

Premièrement, il est naturellement question de s’assurer de son infertilité. Ainsi, faire un test de fertilité après 12 à 24 mois d’essais infructueux en termes de conception paraît judicieux. Il s’agit ensuite d’aller consulter un médecin, une démarche pouvant conduire à un examen des organes génitaux puis à la prescription d’un spermogramme. Il s’agit d’un examen médical au cours duquel sont analysées les différentes caractéristiques du sperme d’un homme.

En début d’année 2017, une microchirurgie innovante peu développée en Europe a fait son apparition dans notre pays, notamment au CHU de Toulouse. Il s’agit de l’intervention dite micro-TESE (Testicular sperm extraction) qui s’adresse aux hommes atteints d’azoospermie sécrétive. La forme de ce trouble est caractérisée par une absence de production de spermatozoïdes par les testicules.

Sources : Daily MailMedisite

Articles liés :

Le pollen de palmier est-il efficace pour traiter l’infertilité ?

Les testicules masculins ont leur propre « microbiome »

Boxer ou caleçon ? Une étude pourrait vous aider à trancher