in ,

L’astéroïde qui aurait précipité la fin des dinosaures enfin retrouvé

MAX ALEXANDER/B612/ASTEROID DAY

Ils auront passé les sept dernières semaines à forer dans la cuvette profonde découpée de la surface terrestre il y a 66 millions d’années par l’astéroïde qui aurait précipité la fin des dinosaures. La mission est un succès, et les premiers échantillons ont été envoyés en laboratoire pour analyses.

Le mystère de l’extinction des anciens reptiles sera-t-il bientôt élucidé ? Il y a environ 65 millions d’années, un astéroïde frappait la Terre au Yucatàn (Mexique), créant le cratère de Chicxulub et précipitant la disparition des dinosaures. Ce cratère, qui se trouve aujourd’hui partiellement sous l’océan Atlantique, n’est pas visible ni accessible, car recouvert de sédiments. Une campagne de forage débutée en avril vient de porter ses fruits. Des carottes ont d’ores et déjà été envoyées aux États-Unis pour les premières analyses.

L’objectif de cette équipe de chercheurs américano-britanniques était de pénétrer à 1.500 m sous la mer, mais ils n’ont atteint que la profondeur de 1.300 m. Quand bien même, au fond d’eux-mêmes, ils n’en espéraient pas tant. Dave Smith, le directeur des opérations estime qu’il a aujourd’hui plus qu’assez de matériel pour tenter de décrypter le rôle joué par ce gigantesque morceau de caillou, a priori en partie responsable de la disparition des anciens reptiles.

MAX ALEXANDER/B612/ASTEROID DAY
MAX ALEXANDER/B612/ASTEROID DAY

Les premiers échantillons de roche ont été scellés dans leurs boîtiers métalliques avant d’être empilés dans un conteneur réfrigéré. Ils seront transportés vers le rivage et envoyés vers un laboratoire américain pour les premières analyses. Ensuite, ils iront à Brême, en Allemagne, où les 33 personnes de l’équipe scientifique se réuniront pour soumettre les roches à une batterie de tests.

Rappelons que ce cratère, d’un diamètre au moins égal à 80 kilomètres de large, fut causé par la chute d’un corps d’une dizaine de kilomètres de diamètre. L’impact libéra alors une énergie équivalente à une explosion dont la puissance a été estimée à 5 milliards de fois la bombe d’Hiroshima. Le résultat fut l’injection d’une quantité de poussières dans l’atmosphère telle que l’ensoleillement de la Terre en fut fortement réduit pendant un certain temps, entraînant l’effondrement de la chaîne alimentaire

MAX ALEXANDER/B612/ASTEROID DAY
MAX ALEXANDER/B612/ASTEROID DAY

En examinant ces jolies carottes, les spécialistes tenteront de percer les changements qui se sont opérés au cours du temps en analysant les dépôts dans le bassin créé par l’impact. Les microfossiles conservés dans ces roches seront également  analysés et l’on partira même à la recherche de fragments d’ADN. On devrait ainsi notamment pouvoir en déduire l’état de l’acidité des océans juste après l’impact et comment il a évolué, favorisant l’extinction de certaines espèces.

Source : BBC