in ,

L’Assemblée Nationale a rejeté le moratoire concernant le projet Starlink en France !

Crédits : Parti socialiste / Flickr

Tout récemment, la totalité des députés de La France Insoumise présents à l’Assemblée Nationale ont tenté de faire passer un moratoire contre l’implantation du projet Starlink en France. Néanmoins, ce dernier a fait l’objet d’un rejet avant tout examen.  Les Français ne seront pas consultés sur le projet de SpaceX, celui-ci pourtant sujet à controverse sur bien des points.

Rejet du moratoire contre Starlink

Il semble que le projet Starlink de SpaceX ne trouvera pas d’obstacles du côté du gouvernement en France, en tout cas pas dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur la lutte contre le dérèglement climatique En effet, le récent amendement réclamant un moratoire contre ce projet a été jugé irrecevable après publication, et ce en application de l’article 98 du règlement de l’Assemblée nationale. Cet article stipule que d’une manière générale, les amendements ne peuvent porter que sur un seul article. Ainsi, l’amendement en question a fait l’objet d’un rejet avant même son examen en commission.

Les 17 députés de La France Insoumise à l’origine de cet amendement accusent désormais le coup. Il faut dire que l’objectif était de freiner un tant soit peu les ardeurs de SpaceX quant au lancement de son projet d’Internet à haut débit dans l’hexagone. Il s’agissait notamment de mener une consultation au niveau national afin de prendre connaissance de l’opinion publique avant de prendre une décision.

rejet moratoire Starlink
Crédits : ca^pture d’écran / Assemblee-nationale.fr

Un effet limité même en cas d’acceptation

En février 2021, SpaceX avait obtenu le droit d’utiliser des fréquences sur le territoire national. Toutefois, la décision d’installer cinq antennes-relais dans la commune Saint-Senier-de-Beuvron (Manche) avait indigné la population locale. Diverses craintes portent en effet sur l’environnement et la santé humaine. Ainsi, le soutien que La France Insoumise a tenté d’apporter n’a pas abouti.

Les députés avaient également évoqué la volonté de SpaceX de constituer en orbite terrestre basse une constellation d’au moins 12 000 satellites. Or, l’espace contient déjà de nombreux satellites en fonction mais également, une quantité énorme de déchets spatiaux. Évoquons également le fait que SpaceX songe a éventuellement étendre la quantité de ses satellites Starlink à 42 000, ce qui parait tout de même énorme. Rappelons au passage qu’aujourd’hui, 1 141 satellites ont déjà fait l’objet d’un déploiement dans le cadre de ce projet.

Enfin, le fait est que même en cas d’acceptation, le moratoire de La France Insoumise aurait certainement eu un effet limité. Si celui-ci soulevait effectivement de nombreux enjeux concernant l’environnement et la santé, il n’en demeure pas moins qu’une partie du projet se déroule dans l’Espace. Or légalement, l’espace aérien des états se limite seulement à l’atmosphère.