in

L’armée américaine fabrique un dispositif laser qui dirige des cris stridents sur l’ennemi

Crédits : iStock

Le département américain de la Défense dispose d’un budget annuel de plus de 600 milliards de dollars. De quoi acheter beaucoup de chars, d’armes et de bombes. Mais tuer n’est pas forcément la meilleure des options. C’est pourquoi le Pentagone dispose également d’un Programme conjoint de développement d’armes non létales (JNLWD). Et la dernière fait mal aux oreilles.

Le but du programme : développer des armes et d’autres dispositifs que le personnel militaire peut utiliser pour neutraliser des cibles sans les tuer. Le dernier joujou en date du JNLWD est le système NL-LIPE (Non-Lethal Laser-Induced Plasma Effect). Le gouvernement américain a récemment donné à Defence One un aperçu de l’appareil en cours de développement. Vous allez le voir, c’est très désagréable (assurez-vous d’éloigner vos animaux de compagnie, ils détestent ça) :

Comment cet appareil pourrait être utile ? Imaginez qu’un ennemi se rapproche un peu trop de votre zone confort, et vous voulez qu’il recule. Vous pourriez utiliser une grenade assourdissante, laissant l’ennemi désorienté et étourdi. L’inconvénient, c’est que ces grenades ne fonctionnent que si vous êtes assez proche pour les jeter. Et il pourrait y avoir quelques frères ou soeurs d’armes dans les parages. Comment faire alors pour atteindre l’ennemi sans vous préoccuper de vos propres troupes ? C’est là que les lasers entrent en jeu.

L’arme est composée de deux parties : dans un premier temps, un laser femtoseconde projette une lumière concentrée sur l’ennemi pendant 10 à 15 secondes, juste assez longtemps pour déchirer les électrons des molécules d’air et créer une boule de plasma; un second nanolaser est ensuite tiré, celui-ci permettant de manipuler le champ de plasma de manière à produire du bruit. Un bruit franchement désagréable.

À l’heure actuelle la technologie est encore en développement; elle ne fonctionne ainsi que dans des conditions assez spécifiques. Mais pour David Law, chef de la division technologique de JNLWD, les militaires pourront bientôt faire fonctionner l’appareil à des distances de dizaines de kilomètres. Cela lui donnerait une portée plus longue que n’importe quelle autre arme non létale.

Source