in

L’anticipation, cet élément indispensable pour éviter une personne ou un obstacle

Crédits : PublicDomainPictures / Pixabay

Des chercheurs américains ont prouvé que le facteur de décision pour éviter une personne ou un obstacle dans une foule est le temps estimé avant une éventuelle collision, et non la distance séparent les marcheurs.

Les situations de mouvements de foule questionnent sans arrêt les architectes et autres organisateurs d’événements. Gérer ces flux de personnes devrait permettre de réduire les risques de bousculade. De nombreux accidents lors de grands rassemblements ont déjà été relevés dans le passé, avec parfois des centaines morts. Ce fut le cas par exemple lors des pèlerinages du Hajj à la Mecque en 1990, 1994, 2004, et 2006.

Des chercheurs de l’université du Minnesota menés par Stephen Guy pensent que les modèles numériques de foule ne reproduisent pas assez fidèlement les situations dans la réalité. Selon eux, il est indispensable de comprendre la dynamique des foules pour en limiter les risques. Ainsi, ils ont intégré un nouvel élément qui améliore cette compréhension : l’anticipation des collisions, basée sur le temps restant avant la collision future.

En pratique, les chercheurs ont simulé des situations de la vie courante, où les gens se dirigeraient vers différents objectifs, partant du principe que deux personnes marchant dans la même direction peuvent le faire en restant proches, tandis que deux personnes marchant dans des directions opposées s’éviteront toujours. Ils ont par exemple intégré ce qu’Anne-Hélène Olivier et ses collègues de l’université de Rennes ont démontré en 2012, à savoir que deux personnes, afin d’éviter toute collision, décident de modifier ou non leur trajectoire en changeant leur direction ou leur vitesse de marche. Les simulations ont démontré l’émergence de files de gens allant dans le même sens, ce que l’on pourrait observer dans les couloirs de métro.

Ici, deux vidéos de simulations

Voici un exemple illustrant des solutions simples pour faciliter les déplacements de foule. Afin de faciliter l’accès à un goulot d’étranglement par exemple une porte de secours, placer un poteau devant la sortie change la donne. En effet, la foule n’arrivera pas d’un seul bloc uni, elle se séparera en deux groupes qui contourneront l’obstacle, fluidifiant le mouvement et limitant des pressions entre les personnes.

Sources : Pour la sciencePhysics