in

L’année 1914 en sciences

Crédits : iStock

Alors que l’année 2015 devrait nous offrir son lot de découvertes scientifiques, réalisons un petit retour en arrière d’un siècle, et voyons donc ce qui s’était passé en 1914.

En astronomie, le dernier satellite de Jupiter, Sinopé a été découvert. De nouveaux satellites de la planète géante ont continué à être découverts jusqu’en 1979, et ce sont au total 67 lunes connues qui l’orbitent.

Une espèce s’est éteinte cette année-là. Le dernier spécimen connu de tourte voyageuse est mort dans un zoo de l’Ohio le 1er septembre. Cette espèce a été décimée par la chasse durant le XIXe siècle. Il y avait 5 à 7 milliards de ces oiseaux sur le continent nord-américain avant l’arrivée des Européens. Des documents d’époques font même état de vols qui masquaient la lumière du soleil, avec des passages durant plusieurs jours. Pour les colons équipés de fusils, il suffisait de tirer un coup en l’air pour faire tomber plusieurs animaux. Aucun effort pour sauver l’espèce n’a jamais été fait par les législateurs étasuniens, qui continuaient de débouter les efforts de conservation en 1897, alors que les oiseaux étaient déjà rares.

Robert Goddard a commencé à construire des fusées à carburant liquide, du même type que celles qui sont encore utilisées pour lancer nos satellites. Ce physicien a donné son nom au premier centre spatial de la NASA, créé en 1959. En 1919, Goddar proposera même d’envoyer une charge explosive sur la Lune avec une fusée, dont le flash serait visible depuis la Terre.

En médecine, on assiste aux premiers pas de la radiothérapie. John Joly, un physicien d’origine irlandaise développe un procédé d’extraction du radium pour traiter les tumeurs. Les sources radioactives sont encore à ce jour une arme très utilisée contre le cancer. Joly avait aussi suggéré la possibilité d’utiliser les matériaux radioactifs pour déterminer l’âge de la Terre. Cette méthode de datation même si elle implique rarement le radium est encore largement utilisée de nos jours. Les fameuses datations au carbone 14, par exemple, reposent sur ce principe.

C’est aussi en 1914 que le premier climatiseur a été breveté par Willis Carrier, un ingénieur étasunien. L’entreprise qu’il a fondée emploie encore 45 000 personnes, et les machines qu’il a inventées en rafraichissent des centaines de millions.