in

Et l’animal le plus rapide au monde est.. un acarien !

Crédits : skeeze / Pixabay

Quel intérêt pour la science de savoir quel est l’animal le plus rapide ? La biomécanique est la science qui étudie les propriétés mécaniques des organismes vivants. Elle permet, à travers ses découvertes, d’inspirer d’autres sciences comme la robotique par exemple. Lorsqu’un animal atteint des records, son organisme possède des mécanismes performants qui peuvent être copiés. Quel est le rapport avec l’acarien du titre ? Patience, j’y arrive.

La robotique recherche des mécanismes toujours plus efficaces afin que les robots puissent exécuter au mieux les tâches auxquelles elles sont programmées. Ainsi, un cyber-kangourou réutilise l’énergie mécanique durant son saut pour mieux rebondir (voir ici), des serpents robotisés pourront explorer des zones inaccessibles sur Mars (voir ici) ou encore des robots-mouches (un peu plus petit que les bateaux correspondants) pourraient servir aux missions de sauvetages (voir ici).

L’étude des performances de ces animaux aide énormément à la conception de leur homologue robot. « Leurs capacités excèdent ce que nous pouvons faire avec notre robot et nous aimerions mieux comprendre leur biologie pour l’appliquer à notre recherche » indique Sawyer Fuller, un chercheur de l’Université de Harvard. Mais comment expliquer que la mite est arrivée sur le podium ?

Le guépard possède la vitesse absolue la plus élevée mais de là à dire qu’il est l’animal le plus rapide, tout est relatif. En effet, avec des pointes de 110 km/h, il ne parcourt « que » 22 fois la distance de son corps par seconde. Comparons maintenant avec la Paratarsotomus macropalpis, un acarien de la famille des Erythracaridae. Une étude publiée lundi par la fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale révèle qu’il s’agit en fait de l’animal le plus rapide du monde. Avec une vitesse moyenne de 6,7 km/h, elle se déplace de 322 fois la longueur de son corps par seconde. Les observations de cet acarien pourraient ainsi permettre la création de robots ultra-rapides. À titre de comparaison, un homme avec de telles capacités atteindrait les 2000 km/h et ferait le tour de la Terre en 20 heures !

>> Accéder à l’étude au format PDF

Sources : Sciencemag, NewswiseBateaux-mouches