in

Découvrez Ravn X, le premier lanceur de fusée entièrement autonome

Crédits : aevum

Dans quelques années à peine, il sera possible de livrer de petits satellites en orbite basse à un rythme soutenu et de manière totalement autonome. Ce nouveau paradigme d’accès à l’espace nous est proposé par une start-up dont vous n’avez probablement jamais entendu parler.

Il y a quelques jours la start-up Aevum, basée en Alabama (États-Unis) dévoilait un lanceur pas comme les autres : le « Ravn X ». Physiquement, imaginez un drone autonome mesurant vingt-quatre mètres de long pour une envergure de dix-huit mètres et un poids de vingt-cinq tonnes au décollage. Son but est de libérer de petites fusées à des altitudes comprises entre dix et vingt kilomètres qui se chargeront ensuite de livrer des satellites en orbite terrestre basse.

C’est, vous l’avez peut-être remarqué, sensiblement le même principe que ce que propose la société Virgin avec son LauncherOne, à la différence qu’il s’agit d’un 747 spécialement modifié et piloté.

Un nouveau paradigme

La start-up Aevum a été fondée en juin 2016 par Jay Skylus, qui a fait ses classes à la NASA et dans plusieurs sociétés spatiales commerciales, dont Boeing et Firefly Aerospace. Son entreprise compte actuellement environ 180 employés à temps plein et a jusqu’à présent mené cinq levées de fonds d’investissement. Elle vise une première mission orbitale dès l’année prochaine.

Vous l’aurez compris : Aevum propose ici un nouveau paradigme d’accès à l’espace : le lancement autonome. Contrairement au lancement au sol ou de type aérien, celui-ci implique donc un système intelligent global et autogéré capable de livrer des charges utiles de toute origine terrestre vers n’importe quelle destination spatiale en orbite terrestre basse.

Concrètement, l’architecture de lancement autonome optimisera chaque lancement, tenant compte de plusieurs variables telles que les conditions météorologiques, le trafic aérien, la destination orbitale, le poids de la charge utile, les horaires du personnel au sol et d’autres processus logistiques.

Pour opérer, ce lanceur autonome n’aura besoin que d’une piste de 1,5 kilomètre de long et d’un hangar d’environ 750 mètres carrés.

En parallèle, Aevum développe également une fusée capable de transporter jusqu’à 100 kg de charge utile sur une orbite synchrone solaire d’environ 500 km. Cette fusée a deux moteurs à carburant liquide sera donc libérée à une dizaine de kilomètres d’altitude par le drone-lanceur autonome Ravn X.

aevum lanceur
Crédits : aevum
aevum lanceur
Jay Skylus, qui a fondé la société en 2016. Crédits : aevum

Plusieurs contrats déjà signés

Avec sa future flotte de véhicules, Aevum compte proposer des livraisons orbitales de précision et « à la demande » aussi vite que toutes les 180 minutes, 24/7, et sans risque pour la vie humaine. Après avoir effectué sa livraison, chaque drone-lanceur reviendra ensuite simplement sur Terre, atterrissant de manière autonome en toute sécurité sur une piste et se garant dans un hangar. Notez qu’à terme, il est également prévu que le Ravn X soit à 95% réutilisable. Enfin, ces véhicules utiliseront du carburant Jet-A, disponible dans quasiment tous les aéroports américains.

L’armée américaine semble très intéressée par le concept. Le lieutenant-colonel Ryan Rose, chef de la division des petits lancements et cibles du Space and Missile Systems Center à la base aérienne de Kirtland au Nouveau-Mexique, a notamment assisté à la présentation du véhicule ce jeudi 3 décembre. Ce dernier a également décrit les efforts de l’entreprise comme « audacieux » et « innovants ».

D’ailleurs, Aevum affirme avoir déjà signé plusieurs contrats de lancement d’une valeur de plus d’un milliard de dollars au cours de la prochaine décennie, dont un (mission ASLON-45) avec l’armée de l’air américaine.