in

Europa Clipper sera lancée sur une fusée privée, voici ce que ça implique

Illustration de la mission Europa Clipper, au-dessus de la lune Europe. Crédits : NASA

La mission Europa Clipper devait initialement être lancée par l’énorme fusée SLS de la NASA en 2024. Finalement, les responsables de l’agence ont opté pour une solution commerciale, la fusée de la NASA n’offrant pour le moment pas toutes les garanties nécessaires. Et forcément, le temps de voyage ne sera plus du tout le même.

En 2019, la NASA confirmait son intention d’explorer Europe. Nous savons en effet que la lune abrite sous sa surface un océan global a priori salé. En revanche, on ne sait pas pour l’heure si cette eau est capable de soutenir la vie. Pour tenter de le déterminer, la NASA prépare une mission baptisée Europa Clipper.

L’idée est d’envoyer une sonde dans le système jovien pendant quatre ans où elle pourra effectuer plusieurs dizaines de survols à basse altitude d’Europe (de 2 700 à 25 kilomètres d’altitude), étudiant sa surface glacée à chaque passage.

Un autre objectif majeur de la mission sera de prendre des images détaillées de la surface de la lune. De cette manière, les chercheurs pourront sélectionner des sites possibles pour un futur projet d’exploration plus poussé.

De la SLS à un lanceur privé

Il était normalement prévu que la sonde soit lancée en 2024 par le lanceur SLS de la NASA qui doit ramener des humains sur la Lune dans le cadre du programme Artemis. Du moins, c’est que le Congrès américain avait initialement dicté. Si tel avait été le cas, la sonde aurait dû arriver dans le système jovien environ trois ans plus tard.

Toutefois, les retards essuyés lors de la campagne de test du SLS (sans oublier les dépassements de coûts) ont finalement amené les responsables du programme des missions planétaires de la NASA à changer leur plan. La mission ne sera donc plus lancée par le SLS, mais par une fusée privée d’après le responsable du projet de mission Bob Pappalardo. D’un autre côté, les premiers véhicules SLS disponibles seront utilisés dans le cadre du programme Artemis.

Si la proposition initiale du Congrès stipulait que le SLS devait être utilisé « si disponible », elle avait en effet laissé la porte ouverte à une alternative commerciale.

On ne sait pas encore quelle société sera choisie. La NASA se laisse en effet environ un an pour décider. A priori, le « match » devrait se jouer en le Falcon Heavy de SpaceX et le Delta IV Heavy, de United Launch Alliance.

europa clipper
La mission Europa Clipper se dévoile en affiche. Crédits : NASA.

Un voyage quasi deux fois plus long

Quelle que soit la fusée choisie, le voyage de Clipper vers Jupiter sera finalement très différent de ce qu’il aurait été avec un SLS. Le lanceur lourd de la NASA aurait en effet permis de lancer la sonde sur une trajectoire directe, avec une arrivée prévue moins de trois ans après le décollage.

Les autres lanceurs disponibles ne sont pas assez robustes pour ce plan de voyage. Aussi, plutôt que d’emprunter un chemin direct, la mission devra effectuer des survols de Mars et de la Terre (assistance gravitationnelle), respectivement en février 2025 et décembre 2026, pour lui permettre de gagner en vitesse.

De cette manière, la sonde n’arrivera plus moins de trois ans après son décollage, mais environ cinq ans et demi plus tard, soit entre 2029 et 2020.