in

Des lamas momifiés depuis plus de 500 ans retrouvés au Pérou

Crédits : Antiquity

Des archéologues annoncent la découverte de quatre lamas sacrifiés il y a un peu plus de 500 ans au Pérou. Les camélidés sont incroyablement bien préservés, affichant encore leur fourrure laineuse et des rubans colorés.

Les quatre lamas naturellement momifiés ont été retrouvés par des chercheurs de l’Université de Calgary et de l’Universidad de Huamanga, sous le plancher d’un bâtiment de la colonie inca de Tambo Viejo. Vous la retrouverez dans la vallée de l’Acari, au sud du Pérou. Au cours de leurs fouilles, les archéologues ont également isolé un cinquième camélidé. En revanche, celui-ci s’était en grande partie décomposé.

La datation au radiocarbone suggère que tous les camélidés se sont éteints entre l’An 1432 et 1459. Autrement dit, c’était juste après la colonisation de la région par les Incas.

Une haute valeur sacrificielle

D’après les archéologues, ces animaux ont probablement été sacrifiés lors d’une célébration rituelle. Chez les Incas, les lamas n’étaient en effet pas simplement utilisés comme bête de somme ou appréciés pour leur fourrure et leur viande. En effet, ils jouaient également un rôle très important dans la vie culturelle et religieuse de ce peuple. La découverte de grands fours et autres traces de nourriture sur le site tend également vers cette hypothèse.

Les documents historiques indiquent que les sacrifices d’animaux étaient importants pour les Incas, qui les utilisaient comme offrandes spéciales aux divinités surnaturelles“, rappelle le Dr Lidio M Valdez, de l’Université de Calgary et principal auteur de l’étude. “C’était en particulier le cas des lamas qui avaient une haute valeur sacrificielle“.

Toujours d’après l’archéologue, ces cinq spécimens (dont les quatre extraordinairement bien conservés) pourraient avoir été sacrifiés pour plaire aux dieux, pour s’assurer des récoltes réussies, ou encore pour célébrer une bataille réussie.

L’étude cite également des travaux archéologiques antérieurs selon lesquels les lamas bruns étaient généralement sacrifiés et offerts au Dieu créateur (Viracocha), les lamas blancs au Dieu du soleil (Inti) et les lamas de couleurs mixtes au Dieu du tonnerre (Catequil).

lamas
Les dépouilles des lamas, décorés de bracelets et de ficelles. Crédits : Antiquity

Probablement enterrés vivants

Cette nouvelle découverte, dont les détails sont publiés dans la revue Antiquity, donne également un nouvel éclairage sur ces anciens rituels.

Les lamas étaient ici décorés de bracelets et de ficelles colorés. D’après l’analyse des corps, qui ne montraient aucune blessure, ces animaux n’ont en revanche pas été égorgés comme nous aurions pu l’imaginer, mais bien enterrés vivants. Des cochons d’Inde les ont également accompagnés dans leur tombe, dont les murs étaient décorés de plumes aux couleurs vives d’oiseaux tropicaux.