in

L’amas de galaxies le plus jeune et massif jamais observé dévoile ses secrets

X-ray: NASA/CXC/Univ of Missouri/M.Brodwin et al; Optical: NASA/STScI; Infrared: JPL/CalTech

L’amas de galaxie IDCS 1426 est le plus massif découvert aussi loin dans l’univers. Situé à 10 milliards d’années-lumière, il serait aussi lourd que 500 000 milliards de soleils.

Un amas de galaxies représente l’association de plus d’une centaine de galaxies en lente rotation autour d’un centre de gravité commun, généralement occupé par une galaxie géante qui absorbe progressivement les galaxies passant à sa portée. Ces amas pullulent aujourd’hui dans l’Univers, mais n’ont pas toujours existé, et jusqu’à présent, leur origine demeurait mystérieuse. Mais la découverte de IDCS 1426, à 10 milliards d’années-lumière de la Terre, nous en apprend davantage ; notamment que de grandes structures existaient déjà 3,8 milliards d’années seulement après le Big-Bang.

D’abord découverte et dévoilée par le télescope spatial Spitzer, en 2012, IDCS 1426 fut ensuite observé par Hubble et l’Observatoire Keck, qui ont pu évaluer sa masse et sa distance. Plus récemment, des données fournies par l’observatoire à rayons X Chandra ont indiqué que IDCS 1426 est composé à 90 % de matière noire, cette forme de matière totalement inconnue qui baignerait une grande partie de l’Univers, mais que les astronomes traquent en vain depuis près de quatre-vingts ans.

X-ray: NASA/CXC/Univ of Missouri/M.Brodwin et al; Optical: NASA/STScI; Infrared: JPL/CalTech
X-ray: NASA/CXC/Univ of Missouri/M.Brodwin et al; Optical: NASA/STScI; Infrared: JPL/CalTech

Des données complémentaires émises par ce même observatoire ont également pu nous en apprendre davantage sur le « noyau » de cet amas. Situé au « milieu de la grappe », mais « pas exactement au centre », ce noyau de gaz semble particulièrement pauvre en éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. Selon les scientifiques, ces données suggèrent que IDCS 1426 serait « entré en collision » avec un autre système massif de galaxies relativement récemment, il y a peut-être 500 millions d’années. IDCS 1426 serait donc encore en cours d’enrichissement de son gaz par les étoiles qui explosent en supernovae dans les galaxies qu’il contient.

« La présence de cet amas massif de galaxies dans l’Univers ne bouleverse pas notre compréhension actuelle de la cosmologie » a notamment conclu Anthony Gonzalez, de l’Université de Floride et co-auteur de l’étude, « mais il nous donne, cependant, plus d’informations pour affiner nos modèles ».

Source : Nasa