in

L’alcool au quotidien à l’origine d’une baisse significative du taux de fécondité

alcool
Crédits : ronstik / iStock

Selon une récente étude chinoise, boire de l’alcool quotidiennement réduirait le taux de fécondité de 9 % chez les hommes et de 7 % chez les femmes suivant un traitement contre l’infertilité. S’il est avéré depuis longtemps qu’une consommation d’alcool trop importante peut avoir des effets néfastes sur la santé, l’étude montre une nouvelle facette de ce phénomène.

Un lien entre alcool et fécondité

En 2017, une étude espagnole associait le régime alimentaire des hommes à la qualité de leur sperme. Selon les chercheurs, un régime composé principalement de viande transformée, de produits laitiers, de sucres et d’alcool aurait une influence négative sur le taux de fécondation de leur partenaire. Néanmoins, s’il s’agissait d’une première piste, l’étude ne fournissait pas davantage de détails sur le phénomène.

Dans la revue Early View le 19 octobre 2022, une équipe du Tongji Medical College à Wuhan (Chine) dit avoir analysé le lien entre alcool et fécondité. Selon les chercheurs, les hommes suivant un traitement contre l’infertilité et consommant au minimum une boisson alcoolisée par jour réduisent leurs chances de réussite d’avoir un enfant de près d’un dixième (9 %). Du côté des femmes, cette baisse est de 7 % environ.

Selon les meneurs de l’étude, l’alcool impacte la fertilité des hommes buvant de l’alcool au quotidien. Plus précisément, il est question d’une baisse du nombre de spermatozoïdes dans le sperme. Citons également une altération de leur forme, de leur taille ainsi que de leur capacité à se mouvoir.

spermatozoides
Crédits : Christoph Burgstedt / iStock

Une solution préventive très catégorique

Pour Yufeng Li, co-auteur de l’étude, les couples doivent être conscients que certains facteurs de style de vie comme la consommation d’alcool peuvent affecter les résultats de leur traitement contre l’infertilité. Toutefois, l’intéressé souligne que la façon dont ces facteurs influent sur le système reproductif doivent faire l’objet de plus amples recherches afin d’apporter davantage de certitudes. Cependant, le phénomène peut d’ores et déjà s’expliquer par la possible formation de dérivés réactifs de l’oxygène dans le processus du métabolisme de l’alcool. Peut alors apparaître un stress oxydant pouvant être à l’origine de l’endométriose, du syndrome des ovaires polykystiques ou d’une infertilité dont la raison n’est pas évidente.

Quoi qu’il en soit, la consommation quotidienne d’alcool – ainsi que le tabagisme – peuvent en partie expliquer des baisse de résultats positifs concernant la fécondation in vitro (FIV) chez certains patients. Ainsi, la meilleure solution préventive pour les couples désirant avoir des enfants est logiquement très catégorique : ne plus boire d’alcool du tout.