in

L’acidification des océans ferait perdre leur instinct de survie aux poissons

Crédits : JacLou / Pixabay

D’après une étude menée au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’acidification des océans provoquerait la perte de l’instinct de survie des poissons. Ceux-ci seraient même parfois attirés par leurs prédateurs. 

Les observations ont été menées par plusieurs organismes scientifiques (l’Institut australien de science marine, la Société nationale de géographie et l’Institut de technologie de Georgie) dans des récifs coralliens qui sont alimentés en eaux plus acides que la moyenne du fait de la proximité d’une activité volcanique sous-marine. La zone a été choisie parce qu’elle dispose d’un taux d’acidité comparable à celui prévu d’ici la fin du siècle dans une grande partie des mers et océans du monde.

« Les poissons évitent en général l’odeur d’un prédateur, ce qui est logique », a expliqué à l’AFP le professeur Philip Munday, de l’université australienne James Cook. Or, dans ces eaux plus acides que la normale, leur comportement est perturbé et ils « commencent à être attirée par cette odeur, ce qui est incroyable. Ils nageaient par ailleurs plus loin de leur abri, ils étaient plus actifs (…), accroissant ainsi le risque pour leur survie, car ils sont plus facilement repérables par un prédateur », a t’il ajouté. Bien que les poissons étudiés vivaient dans ce milieu depuis leur naissance, ils ne se sont pas adaptés aux conditions d’acidité, si bien que leurs réflexes de survie en sont altérés.

Cette acidification des océans aurait trois causes principales. La première est qu’ils absorbent 30 % du dioxyde de carbone relâché dans l’atmosphère. Or, les émissions de C02 ne cessent d’augmenter depuis les années 1950 et l’industrialisation de pays comme la Chine et l’Inde ne fera qu’accélérer la tendance. Deuxième raison, l’azote anthropique lié à la circulation motorisée et au chauffage qui dégageant des oxydes d’azote, source d’acide nitreux et d’acide nitrique contaminant les pluies et les eaux de surfaces et marines, via l’atmosphère et les cours d’eau. Enfin, le soufre contenu dans les combustibles fossiles se transforme lors de la combustion en dioxyde de soufre, source d’acide sulfureux et d’acide sulfurique.