in

L’acidification des océans pourrait entraîner la chute de l’humanité

Crédits : NOAA/David Burdick

Selon une récente étude menée par une équipe de l’Université d’Edimbourg, l’extinction de l’humanité pourrait provenir de l’acidification des océans. Un phénomène en constante augmentation qui avait causé il y a 252 millions d’années la disparition de 90 % des espèces animales marines.

Il y a 252 millions d’années, la Terre subissait la plus grande extinction d’espèces de l’Histoire causée par la forte augmentation de dioxyde de carbone après d’énormes éruptions volcaniques. L’acidification des océans avait eu comme conséquence la disparition de plus de 90 % des espèces animales marines et plus des deux tiers des espèces terrestres. Les scientifiques qui se sont penchés sur ce phénomène nous expliquent qu’en absorbant le dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère, la composition chimique des océans s’est modifiée pour devenir plus acide, ce qui a eu des conséquences catastrophiques sur la faune et la flore.

« La grande extinction dite de Permien-Triasique s’est étalée sur une période de 60 000 ans. Si l’acidification des océans elle-même n’a duré qu’environ 10 000 ans, elle a néanmoins joué un rôle essentiel dans la disparition des espèces en donnant le coup de grâce à un écosystème déjà affaibli par la montée des températures et la perte d’oxygène », expliquent les scientifiques.

Si le processus d’acidification des océans était dû à la forte activité des volcans il y a des millions d’années, les récentes études scientifiques montrent que l’augmentation des gaz à effet de serre générée par les activités humaines est de nos jours responsable de cette acidité. En effet, depuis l’ère industrielle, l’acidité des océans a grimpé de 30 %. Des résultats jugés « préoccupants » par les scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme.

L’acidité des océans menace toute la chaîne alimentaire. Concrètement, le carbonate, l’un des principaux composants des coquillages et des coraux est rongé par l’acidité des océans, ce qui entraîne ainsi une diminution considérable des ressources alimentaires pour les poissons. Il faut savoir que les produits de la pêche nourrissent environ 820 millions de personnes chaque année (33 kg de produits aquatiques en moyenne pour un français). On peut donc aisément imaginer les conséquences désastreuses de cette évolution sur l’humanité tout entière.

Sources : FAO, ScienceL’Express

– Crédits photo : NOAA/David Burdick