in ,

Le lac asséché de Guerlédan dévoile une ancienne vallée engloutie

Crédits : Capture vidéo

Le lac artificiel de Guerlédan est mis à sec chaque décennie. Cette année, un Français y a saisi des images incroyables. L’assèchement du lac laisse place à l’incroyable spectacle donné par l’ancienne vallée engloutie.

Yann Le Naour est un réalisateur français et pilote de drone pour la société Askell Drone créée en 2014. Toute la journée du mercredi 22 avril 2015, il entreprend le survol de la zone du lac asséché de Guerlédan, d’un volume de 51 millions de m3 en temps normal.

Le lac de Guerlédan est situé sur la commune de Mur-de-Bretagne dans les Côtes-d’Armor, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Saint-Brieuc. Le lac artificiel d’une superficie de 304 ha, de 12 km de long et d’une profondeur de 40m (au plus bas), est le plus grand lac artificiel de Bretagne. Il résulte de la construction du barrage de Guerlédan, dont le chantier débuta en 1924 sur décision de Joseph Ratier, sous-préfet de Pontivy, pour une mise en service en 1930.

« La création du barrage entraine l’immersion d’abris de Carrier, de carrières de schistes, de 17 écluses et de plusieurs maisons éclusières. L’ouvrage coupe irrémédiablement le canal [ndlr : le Blavet] de Nantes à Brest en deux, interrompant définitivement la navigation fluviale », selon le site lecdegederland.com.

Un spectacle captivant s’est offert à nous grâce à ces images uniques, laissant apparaitre d’anciennes maisons d’ardoisier et les vieilles écluses dans un paysage lunaire époustouflant, s’étalant de la commune de Saint Gelven jusque celle de Caurel en passant par Trégnanton.

Le complexe hydroélectrique de Guerlédan — Saint-Aignan produit aujourd’hui une énergie renouvelable de 15 MW par an, correspondant à la consommation annuelle d’une population de 15 000 habitants environ. Le lac est donc asséché tous les dix ans depuis 1951, cependant depuis 1985, aucune vidange n’avait été faite.

En 2015, EDF procède de mai à octobre à l’examen technique intégral du barrage de Guerlédan en asséchant le lac. Cette manœuvre permet d’inspecter, de contrôler et d’agir sur les parties de l’ouvrage habituellement immergées. La centrale désormais à l’arrêt, l’entretien du site consiste à la rénovation de deux vannes, à la réfection de peintures, et à la création d’un batardeau.

Voici la vidéo signée Yann Le Naour d’Askell Drone :

Sources : France 3 BretagneOuest FranceLe TélégrammeLacdegederland.com