in

La Voie lactée aurait un rayon de 520 000 années-lumière

Crédits : Max Pixel

Une équipe d’astronomes a récemment entrepris de situer avec précision les bords de notre Galaxie. Ces nouveaux résultats suggèrent que la Voie lactée présente un rayon de 520 000 années-lumière.

Il est très compliqué, en astronomie, de définir de véritables limites. Prenons pour exemple le système solaire. Certains diront que sa limite se situe au niveau de l’héliosphère, à 19 milliards de kilomètres du Soleil. C’est en effet à partir de cette ligne que nous entrons dans le milieu interstellaire. Mais d’autres, pour cette limite, considèrent que nous devons prendre en compte la véritable zone d’influence de notre étoile. Si tel est le cas, alors le système solaire s’étend jusqu’au bord extérieur du nuage de Oort, à une année-lumière du Soleil. Nous avons donc deux lectures différentes. Pour la Voie lactée, c’est un peu le même principe.

Déterminer les bords de notre Galaxie

On estime en effet généralement le diamètre de notre Galaxie à environ 100 000 à 120 000 années-lumière. Mais il y a, au-delà, d’autres étoiles, même si le volume d’objets est beaucoup plus faible. Mais tout de même, elles sont là. Nous devrions donc les prendre en compte, puisqu’elles restent sous l’influence du centre galactique. En partant de ce principe, où se situe donc exactement le bord de notre Galaxie ? Tenter de le savoir n’est pas aisé. C’est un peu comme tenter de déterminer la limite extérieure d’une forêt depuis son centre. Rien qu’en observant les arbres.

Pour tenter de le comprendre, des astronomes se sont concentrés sur les étoiles dites à branche horizontale bleue (BHB). Ces objets sont en effet naturellement suffisamment vieux et lumineux pour déterminer la distance qui les sépare de la Terre. Pour les calculs, les chercheurs ont dû s’appuyer sur l’appareil photo numérique Hyper Suprime-Cam (HSC), installé sur le télescope Subaru de 8,2 mètres de diamètre, à Hawaii. Un très large degré d’ouverture, donc.

520 000 années-lumière de rayon

En calculant la population des étoiles BHB dans le halo de la Galaxie, ils ont alors remarqué une forte baisse de densité à environ 520 000 années-lumière du centre galactique. Autrement dit, ils ont donc identifié le bord le plus à l’extérieur de la Galaxie. Pour vous donner une idée plus précise, 520 000 années-lumière de rayon représentent environ 20 fois la distance entre le centre galactique et notre système solaire (26 000 années-lumière).

Crédits : Université de Tohoku

Les chercheurs ont également pu déterminer que les étoiles évoluant dans ces régions ultra-périphériques (environ un milliard seulement) étaient âgées d’environ 12 milliards d’années. De très, très vieux objets donc, formés durant les premiers âges de la Voie lactée.

Ces nouveaux résultats nous permettent aujourd’hui de mieux “connaître”, une fois de plus, notre Galaxie, et d’imaginer son histoire avec davantage de précisions. Notre chère Voie lactée, après calculs, reste tout de même un peu moins grande que sa voisine Andromède. Les chercheurs ont en effet estimé – avec la même méthode – que la plus grande galaxie du Groupe local présente un rayon élargi d’environ 538 000 années-lumière.

Source

Articles liés :

Nous savons désormais combien pèse la Voie lactée

Voie lactée vs. Andromède : la collision retardée

Découverte d’une galaxie “fantôme” juste à côté de la Voie lactée