in ,

La ville de Nice a testé la reconnaissance faciale durant son Carnaval

Crédits : iStock

Durant le Carnaval de Nice, la municipalité a utilisé la reconnaissance faciale par le biais de ses caméras de vidéo-protection, une première dans notre pays. Il s’agissait de tester divers scénarios pouvant prouver l’utilité de cette technologie dans l’espace public.

Des scénarios variés

La ville de Nice a été autorisée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) à tester la reconnaissance faciale sur la voie publique, ce qu’elle a fait lors du Carnaval annuel organisé les 19 et 20 février 2019. Pas moins d’un millier de volontaires ont servi de “cobayes” pour cette expérimentation qui a mis à contribution six caméras dans l’enceinte de l’événement.

Le but était de mettre en pratique différents scénarios pour lesquels la reconnaissance faciale pourrait être utile dans le quotidien. Citons par exemple un enfant, une personne âgée ou encore une personne d’intérêt (politique, célébrité) perdue dans la foule et que l’on rechercherait.

La reconnaissance faciale dans l’espace public

Évidemment, l’apparition de cette technologie dans l’espace public peut faire grincer des dents. En effet, cela pose des questions éthiques concernant notamment la vie privée. En revanche, dans le cadre de cette expérimentation, la CNIL a imposé la pose de panneaux informatifs dans l’enceinte du Carnaval. Elle a aussi exigé que les personnes non volontaires aient leur visage flouté sur les images afin de ne pas être reconnaissables. Par ailleurs, un rapport sera remis à la CNIL sur le déroulement de l’événement et les conclusions apportées.

Cette technologie est d’ores et déjà controversée avant même d’être démocratisée. En 2018 en Chine, une grande ville (Zhengzhou) a équipé ses effectifs de police de lunettes à reconnaissance faciale pour contrôler la population et arrêter des individus. Un lycée chinois a également eu recours à cette technologie pour s’assurer que les élèves sont bien attentifs en classe ! D’un autre côté, la reconnaissance faciale a permis de retrouver plusieurs milliers d’enfants kidnappés en Inde.

Crédits : AFP

Enfin, même la Maison-Blanche s’y est mise ! En effet, la Sécurité intérieure des États-Unis a annoncé vouloir tester un dispositif de reconnaissance faciale, qui devrait être testé autour de la Maison-Blanche durant près d’une année, avant d’être éventuellement amélioré et définitivement adopté. Le but ? Identifier de potentielles menaces avant que celles-ci ne puissent atteindre le président américain.

Source

Articles liés :

La biométrie et la reconnaissance faciale sont-elles fiables ?

Chine : Comment la reconnaissance faciale met mal à l’aise les piétons indisciplinés

Et si la reconnaissance faciale nous permettait de détecter les maladies rares ?