in

La version bêta du système autonome de Tesla serait un véritable danger en ville

Crédits : capture YouTube / AI Addict

La sécurité des transports des États-Unis a témoigné son mécontentement à Tesla concernant une version bêta de son système “Fully Self drinving”. Lancée en octobre 2020, cette version serait loin d’être adaptée à la conduite en ville.

Ce système de Tesla suscite la méfiance des autorités

Elon Musk a plusieurs fois déclaré que les véhicules Tesla seront bientôt 100 % autonomes. Actuellement, ces voitures intègrent l’Autopilot, un mode de conduite semi-autonome. Il permet sans intervention de l’humain l’accélération, le freinage, le maintien d’une trajectoire ainsi que le stationnement. Tesla rappelle toutefois que le conducteur doit absolument rester en éveil, car le système ne rend pas l’automobile complètement autonome. Toutefois, la marque estime que les modèles les plus récents disposent de la technologie nécessaire pour atteindre une autonomie complète.

Malgré les nombreuses critiques et les accidents impliquant assez régulièrement des véhicules Tesla, Elon Musk a lancé une version bêta du système Fully Self Driving (conduite entièrement automatisée) en octobre 2020. Cette version concerne des volontaires membres du programme Early Access Program de Tesla. Selon un article de la CNBC du 12 mars 2021, les tests concernent désormais la version bêta 8.2 qui n’a visiblement pas séduit National Transportation Safety Board (NTSB). En effet, cette agence gouvernementale exige un encadrement plus important des tests effectués par Tesla.

autopilot Tesla 2
Crédits : capture YouTube / AI Addict

Une conduite similaire à celle d’un homme ivre

Dans une publication sur Twitter, Elon Musk a parlé de rester vigilant bien que la version gagne en maturité. Toutefois, le youtuber AI Addict a posté deux vidéos (voir en fin d’article) témoignant qu’un chemin encore très long reste à parcourir. Les images tournées à Oakland et San José (États-Unis) montrent une automobile manquant plusieurs fois de percuter des obstacles, effectuant des zigzags sur la route ainsi que des changements de file hasardeux. Pire encore, une séquence montre l’automobile prendre une voie à contresens.

Elon Musk a donc bien raison d’évoquer la vigilance, car pour l’instant, la conduite assurée par le système ressemble davantage à celle d’un pilote ivre. Dans les faits, le conducteur humain doit reprendre le contrôle du volant afin d’éviter les accidents lors des tests. Par ailleurs, il apparaît que le système fonctionne plutôt bien dans les zones rurales et autres zones où le trafic n’est pas important. En revanche, ce même système n’excelle pas dans les zones urbaines plus denses.

Visiblement conscient du problème, Elon Musk a également affirmé qu’il faudrait retirer aux conducteurs laxistes la possibilité d’utiliser la version 8.2 du système. Le milliardaire a également indiqué que pour l’instant, aucun accident n’avait été déploré.