in

La vague de chaleur européenne se déplace vers…. le Groenland

Crédits : CC0 / Public Domain.

Après avoir considérablement affaibli l’Europe, la vague de chaleur de la semaine dernière se déplace aujourd’hui vers le nord, avec le Groenland en ligne de mire. Les climatologues s’inquiètent.

L’Europe vient d’essuyer l’une des plus importantes vagues de chaleur depuis l’ère pré-industrielle. En France, une vingtaine de départements ont été placés en vigilance rouge canicule mercredi dernier, en région parisienne et dans le nord de la France. Une première dans l’histoire. Plusieurs records sont même tombés. Mais si l’heure est aujourd’hui à l’accalmie, cette vague de chaleur, elle, se déplace encore. Et semble viser le Groenland, menaçant de faire fondre des millions de tonnes de glace supplémentaires.

Le Groenland sur le point de se réchauffer (encore)

C’est en tout cas ce que suggèrent les données de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Le Groenland, qui a déjà perdu plus de 170 milliards de tonnes de glace en juillet et 80 milliards de tonnes en juin, pourrait donc essuyer un troisième coup dur consécutif. On rappelle également que la glace du Groenland fond aujourd’hui six fois plus rapidement que dans les années 1980, contribuant de plus en plus à l’élévation du niveau de la mer et au dérèglement du climat. Et forcément, il y a des conséquences pour le reste du monde.

« Ce qui se passe dans l’Arctique ne reste pas dans l’Arctique, rappelle en effet Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim de l’ONU pour l’environnement. Une action plus urgente sur le climat est nécessaire pour s’éloigner des points critiques qui pourraient être encore plus graves pour notre planète que nous l’avions d’abord imaginé ».

Il y a quelques semaines, des chiens de traîneau pataugeaient dans l’eau, nouveau symbole de la fonte massive de la banquise du Groenland ; Crédits : Steffen M. Olsen sur Twitter

Des actions immédiates

Il y a en effet urgence. Il y a quelques semaines, une étude publiée dans la revue Science Advances nous révélait en effet que si nous ne réduisons pas nos émissions de gaz à effet de serre immédiatement, le Groenland pourrait être complètement libre de glace en l’an 3000. Si tel est effectivement le cas, nous pourrions alors enregistrer une élévation du niveau de la mer de 5 à 7 mètres. Les conséquences d’une telle situation seraient bien évidemment dramatiques.

Il ne fait aucun doute aujourd’hui que ces multiples vagues de chaleur qui sillonnent la planète sont exacerbées par le réchauffement climatique. En ce sens, nous avons les moyens d’en réduire les impacts. Mais il y a urgence. Des mesures drastiques doivent donc être prises immédiatement par les principaux décideurs (politiques et du secteur privé) si nous souhaitons inverser la courbe des émissions carbone.

Articles liés :

Découverte d’un gigantesque cratère d’impact sous la glace du Groenland

Réchauffement climatique : les oiseaux ont du mal à suivre le rythme

Réchauffement climatique : il n’y a jamais eu d’équivalent depuis l’An 0