in

La tête d’un minuscule dinosaure retrouvée coincée dans l’ambre

Crédits : LIDA XING

Des paléontologues ont découvert une minuscule tête de dinosaure aviaire coincée dans l’ambre du Myanmar (Birmanie) depuis au moins 99 millions d’années.

De nombreuses créatures ont été retrouvées dans l’ambre du Myanmar, dont les gisements datent généralement de la période du Crétacé, il y a environ 99 millions d’années : un mille-pattes, un escargot, et même quatre grenouilles. Récemment, des paléontologues ont fait une nouvelle découverte particulièrement intéressante, isolant le crâne (avec le bec) d’un petit dinosaure évoluant dans la région à la même époque. Les détails de l’étude ont été publiés dans la revue Nature.

Ce fossile minuscule – environ 7 millimètres de long – était jadis rattaché au corps d’un spécimen aviaire appartenant au groupe des dinosaures qui ont donné naissance aux oiseaux modernes. Les chercheurs estiment qu’il avait probablement la taille du colibri-abeille, le plus petit oiseau vivant de nos jours.

Ce nouveau spécimen, qui a été baptisé Oculudentavis khaungraae, est aujourd’hui l’un des plus petits dinosaures jamais découverts.

dinosaure
Le crâne magnifiquement bien préservé d’Oculudentavis khaungraae, vieux de 99 millions d’années. Crédits : LIDA XING

Un prédateur actif la journée

Grâce à une technique non invasive de tomodensitométrie synchrotron haute résolution, les chercheurs ont également pu étudier le fossile dans les moindres détails.

Ce petit dinosaure, peut-on lire, se caractérisait par de grandes orbites positionnées sur les côtés de sa tête, comme les lézards modernes. En revanche, ses yeux présentaient des ouvertures très étroites, ce qui devait limiter la quantité de lumière entrante. Pour les chercheurs, cet indice laisse à penser que ce petit dinosaure était actif pendant la journée.

À l’intérieur de ses mâchoires, les paléontologues ont également repéré une trentaine de minuscules dents pointues. Il s’agissait donc d’un prédateur, expliquent-ils, qui s’attaquait probablement à des insectes.

dinosaure
Interprétation d’artiste d’Oculudentavis khaungraae s’attaquant à un insecte. Crédits : LIDA XING

Quant à sa très petite taille, les chercheurs proposent l’hypothèse du « nanisme insulaire ». Selon eux, Oculudentavis khaungraae évoluait en effet probablement sur l’une des petites îles qui tapissaient à l’époque du Crétacé ce qui est aujourd’hui le Myanmar. Ainsi l’absence de prédateurs et/ou le manque de ressources alimentaires ont peut-être contribué à réduire son gabarit.

Enfin, sans le reste du corps, les paléontologues ne peuvent malheureusement pas dire exactement de quelle manière Oculudentavis était lié à d’autres dinosaures ressemblant à des oiseaux. Ni même s’il pouvait voler. Néanmoins, ils soupçonnent que ce dernier appartenait à un groupe d’oiseaux relativement primitifs, similaires à Archaeopteryx et Jeholornis.

Cette affirmation reste aujourd’hui tout de même très audacieuse, dans la mesure où ces deux espèces ont évolué bien avant lui, il y a entre 150 millions et 120 millions d’années. Ainsi, davantage de preuves fossiles vont devoir être collectées dans le but de combler cet important fossé évolutif.

Source

Articles liés :

Un nouveau dinosaure carnivore découvert en Argentine

La maladie dont souffrait ce dinosaure touche encore les enfants de nos jours

Cette étrange tortue a survécu à l’astéroïde qui a tué les dinosaures