in

La Terre pourrait être visible depuis un grand nombre de systèmes

Crédits : NASA/Caltech

Certaines exoplanètes ont déjà profité ou profiteront bientôt d’une ligne de visée directe vers la Terre selon une équipe d’astronomes. Avec des méthodes semblables aux nôtres, certaines civilisations, si elles existent, pourraient également détecter des signes de vie dans notre atmosphère.

Au cours de ces dernières années, plusieurs missions ont été développées dans le cadre de la recherche exoplanétaire, comme Kepler ou TESS pour ne citer qu’elles. Mais vous êtes-vous déjà posé la question suivante : pourrions-nous être visibles depuis l’extérieur ? Autrement dit, si une intelligence extraterrestre aussi développée que la nôtre ou davantage avait pour objectif de sonder l’univers à la recherche de la vie, pourrait-elle tomber sur la Terre ?

Une équipe de chercheurs dirigée par Lisa Kaltenegger, de l’Institut Carl Sagan de Cornell, s’est récemment penchée sur la question.

Les précieuses données de la mission Gaia

Dans le cadre de ces travaux publiés dans Nature, l’équipe s’est focalisée sur l’une des méthodes les plus utilisées sur Terre pour isoler la présence d’exoplanètes : celle du transit. Pour rappel, cette méthode consiste à mesurer la courbe de lumière émise par les étoiles. Observés depuis la Terre, des plongements périodiques de luminosité témoignent alors parfois du passage d’une ou plusieurs planètes devant leur hôte.

En outre, nous pouvons déterminer la taille de ces mondes approximativement grâce à la profondeur de la courbe de lumière observée. De cette manière, nous pouvons également exclure les exoplanètes peu susceptibles d’héberger la vie telle que nous la connaissons comme les géantes gazeuses.

Cela étant dit, pour cette étude, les chercheurs se sont appuyés sur les données de la mission Gaia de l’Agence spatiale européenne, qui recense les mouvements de milliards d’étoiles dans le but de générer une carte en trois dimensions de la Voie lactée.

Les chercheurs se sont concentrés sur une période de 10 000 ans. Concrètement, ces données ont permis d’isoler plusieurs systèmes stellaires susceptibles d’avoir une vue directe au cours des 5 000 dernières années et au cours des 5 000 années futures dans un rayon de 100 parsecs (326 années-lumière).

terre soleil
Crédits : Michal Jarmoluk / Pixnio.

Il y a du monde au balcon !

Les chercheurs ont alors découvert qu’un grand nombre de ces exoplanètes peuvent profiter d’une ligne de visée directe vers la Terre. En effet, leurs analyses démontrent qu’un transit de notre planète devant le Soleil aurait pu être visible depuis 1 715 systèmes stellaires au cours des 5 000 dernières années. Plus de trois-cents systèmes stellaires supplémentaires entreront également dans la zone de transit terrestre au cours des 5 000 prochaines années.

L’étude précise également que pour environ les deux tiers de ces étoiles, les transits de la Terre dureraient au moins dix heures. En outre, 868 d’entre elles évolueront plus de 10 000 ans dans des zones ayant une lignée de visée vers la Terre. Dans l’ensemble, la présence de la Terre ne passe pas vraiment inaperçue depuis notre arrière-cour cosmique.

Enfin, les chercheurs ajoutent que si ces mondes abritent effectivement des civilisations suffisamment avancées, celles-ci pourraient théoriquement être en mesure de détecter des signes de vie depuis leur point de vue. Le signe le plus évident serait probablement la détection de présence simultanée d’oxygène et de méthane dans notre atmosphère. Cela nous ramène à l’oxygénation de l’atmosphère terrestre opérée il y a environ un milliard d’années.

proxima b
Vue d’artiste de Proxima b Crédits : ESO

Y a-t-il du monde pour observer ?

Reste à savoir si ces systèmes pourraient effectivement héberger la vie. Sur les échantillons recensés, environ deux-cents étoiles ressemblent au Soleil et plus de mille sont des naines rouges plus petites, plus froides et plus instables. Les autres sont un mélange d’étoiles plus petites et plus grandes, dont soixante-quinze naines blanches.

Sur la base des estimations de la fréquence des planètes rocheuses trouvées dans la zone habitable de leurs étoiles, les chercheurs estiment que plus de 500 planètes semblables à la Terre ont déjà profité ou profiteront un jour d’une lignée de visée directe vers la Terre dans ce périmètre de 326 années-lumière.