in

La « soucoupe volante » gonflable de la NASA amerrit avec succès

nasa soucoupe LOFTID
Crédits : NASA

Lancé il y a quelques jours, un prototype de bouclier thermique gonflable appelé LOFTID est revenu se poser en mer avec succès après avoir été déployé dans l’espace. Cette mission réussie laisse entrevoir la possibilité de pouvoir livrer des charges lourdes sur Mars dans un proche avenir. Une condition clé pour un futur établissement humain sur la planète rouge.

Mission réussie

Le 10 novembre dernier, une fusée Atlas V de United Launch Alliance (ULA) décollait depuis la Californie avec deux charges utiles. La première était un satellite météorologique développé par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis; la seconde un démonstrateur technologique. Le Earth Orbit Flight Test of an Inflatable Decelerator (LOFTID), comme on l’appelle, était un prototype de bouclier thermique envisagé à terme pour livrer des charges lourdes sur la planète Mars, comme des modules d’habitat.

LOFTID était aeroshell extensible. Imaginez une structure en forme de soucoupe conçue pour se comprimer suffisamment afin d’intégrer le carnage d’une fusée, mais capable de se déployer ensuite pour amortir sa chute. L’idée des boucliers thermiques gonflables remonte à un demi-siècle, mais aucun matériau ne proposait à l’époque suffisamment de résistance à la chaleur.

Le prototype se présentait ainsi comme le premier test en orbite terrestre basse de cette technologie.

Emballé dans un sac de 2,3 mètres sur 1,3, LOFTID a été déployé par le second étage de la fusée soixante-quinze minutes après le décollage. Au cours des minutes suivantes, de l’azote gazeux comprimé a gonflé le bouclier thermique, révélant une « petite » soucoupe d’environ six mètres de diamètre. Lors de sa traversée de l’atmosphère, la soucoupe aura essuyé des températures maximales d’environ 1 400°C avant de libérer des parachutes et d’amerrir doucement dans le Pacifique, à environ 750 km d’Hawaï.

nasa soucoupe LOFTID
LOFTID déployé à partir de l’étage supérieur Centaur de la fusée Atlas V. Crédit : NASA
nasa soucoupe LOFTID
LOFTID dans l’océan après son essai de vol spatial réussi le 10 novembre 2022. Crédit : NASA

Mars, Vénus ou encore Titan

Pour la NASA, la mission est un vrai succès, malgré une perte de télémétrie (données récoltées durant la descente) pendant quelques secondes. À terme, ces mesures permettront aux équipes d’ingénieurs de peaufiner la technologie en vue d’une utilisation future. En plus de Mars, des boucliers thermiques gonflables pourraient faciliter les atterrissages sur d’autres mondes avec des atmosphères comme Vénus et Titan, la plus grande lune de Saturne.

Plus près de chez nous, plusieurs entreprises ont également manifesté leur intérêt pour la technologie. L’une est United Launch Alliance, le fabricant de la fusée Atlas V qui a lancé LOFTID. La société aimerait en effet à terme réutiliser des pièces de son nouveau lanceur Vulcan, dont ses moteurs BE-4 construits par Blue Origin, qui doit effectuer son vol inaugural en 2023.

Dans l’idée, le compartiment arrière du booster Vulcan serait largué puis retomberait sur Terre, ralenti d’abord par un bouclier thermique gonflable, puis avec des parachutes. Un hélicoptère attraperait alors le compartiment au vol pour le ramener vers un navire de récupération.