in

La science, ultime moyen de sauver le rhinocéros blanc du Nord

Crédits : 3342 / Pixabay

La survie du rhinocéros blanc du Nord ne tient plus qu’à un fil. Les cinq représentants de cette sous-espèce, dispatchés dans différents zoos et réserves à travers le monde sont dans l’incapacité physique de se reproduire. La seule solution pour garder cette espèce sur Terre pourrait être apportée par la science.

Au XIXe siècle, plus d’un million de rhinocéros blancs du Nord vivaient paisiblement dans les plaines africaines. Aujourd’hui, seuls cinq individus ont réussi à survivre aux massacres de l’Homme et sa soif d’argent. L’un se trouve dans un zoo au Soudan, un autre au zoo californien de San Diego, et trois dans la réserve kényane d’Ol Pejeta, proche de leur milieu naturel. Incapable de se reproduire, le seul mâle encore en vie est devenu trop vieux et son sperme n’est plus assez performant. Les femelles sont quand à elles dans l’incapacité physique de procréer ; genoux faiblards, kystes ovariens, l’extinction de l’espèce est proche.

La science au secours des rhinocéros

Les scientifiques et protecteurs de l’environnement ont un infime espoir de pouvoir ressusciter l’espèce grâce aux progrès de la science, des « bébés rhinocéros éprouvettes » qui seraient implantés dans une mère porteuse d’une autre sous-espèce. En effet, plusieurs échantillons de sperme et d’ovules ont été stockés ces dernières années. « Je veux encore croire qu’il y a un espoir de les sauver. Le mieux que nous puissions faire est de récolter du sperme et des ovules pour de futures fécondations in vitro, et d’attendre que la technique soit suffisamment développée pour nous donner une chance de les reproduire », explique Jan Stejskal, du zoo tchèque de Dvur Kralove.

Les rhinocéros victimes du braconnage et de la guerre civile

Les rhinocéros africains, blancs ou noirs, sont chassés pour leur corne. Sur le marché, un kilo de corne de rhinocéros est vendu 55 000 euros (deux fois le prix de l’or), de quoi attirer les convoitises des braconniers. Transformées en poudre, elles sont ensuite destinées au marché chinois et vietnamien, lui prêtant des vertus médicinales dont l’efficacité n’a jamais été prouvée. Il faut savoir que les cornes sont composées uniquement de kératine, une protéine que l’on trouve dans nos ongles et nos cheveux et qui n’est donc en aucun cas précieuse.

Les rhinocéros sont également les victimes collatérales des guerres qui sévissent dans leurs territoires autrefois traditionnels ; Centrafrique, Tchad, République démocratique du Congo et sud du Soudan (désormais Soudan du Sud) étaient en proie aux conflits, et donc largement des zones de non-droit propices aux activités criminelles.

Si la science arrive à ressusciter l’espèce, quel sera le futur des Rhinocéros blancs du Nord ? Interrogé à ce sujet, le Dr Rob Brett, directeur régional de l’ONG Africa at Fauna and Flora International, résume parfaitement la situation. « S’ils doivent juste servir de spécimens de musée dans des zoos, alors il vaut peut-être mieux les laisser disparaître ». Triste constat, mais cruelle réalité, les rhinocéros, une fois ressuscités, ne pourraient en aucun cas retrouver leur milieu naturel, sous peine de se faire traquer encore et toujours par l’Homme et son avidité.

Source : AFP