in

La Russie fait le point sur son programme lunaire

Crédits : Roscosmos

La Russie n’est plus allée sur la Lune depuis 1976, mais elle compte bien y retourner. L’agence Roscosmos développe actuellement trois missions qui devraient pouvoir être déployées avant 2025.

La Lune est une destination très prisée de nos jours. Citons les États-Unis, tout d’abord, qui souhaitent retourner sur notre satellite en 2024 dans le cadre des missions Artemis, avant de s’y installer durablement dès 2028. La Chine, de son côté, s’est également illustrée l’année dernière dans le cadre de sa mission Chang’e-4, en faisant évoluer un rover sur la face cachée de la Lune. Sans oublier la mission Chang’e 5, prévue pour décoller à la fin de l’année, qui visera à ramener des échantillons lunaires sur Terre.

Et la Russie, dans tout ça ?

L’agence russe Roscosmos est en train de développer trois missions lunaires, baptisées Luna-25, Luna-26 et Luna-27, qui reprendront les choses là où le programme spatial soviétique s’était arrêté dans les années 1970. Vladimir Kolmykov, chef de la Lavochkin Scientific and Production Association, est récemment revenu sur le calendrier de ces opérations, qui se feront en partenariat avec l’Agence spatiale européenne (ESA).

La mission Luna-25, qui implique l’envoi d’un atterrisseur (Luna-Glob), visera à déterminer les propriétés thermiques et mécaniques du régolithe lunaire dans les régions polaires. Il sera également question d’évaluer la présence d’eau et la proportion d’autres éléments chimiques présents dans le sol proche de la surface (jusqu’à 50 centimètres de profondeur).

Le vaisseau est actuellement en cours d’assemblage, et l’agence vise une date de lancement le 1er octobre 2021, a fait savoir Vladimir Kolmykov au président Poutine, selon une transcription en anglais d’un appel publié par le Kremlin le 10 avril.

Suivra ensuite la mission Luna-26, qui visera cette fois à placer un orbiteur (Luna Resours) sur une orbite polaire de 100 km. Son principal objectif sera de cartographier l’ensemble de la Lune et d’analyser son exosphère. Cette mission, apprend-on, devrait pouvoir être lancée dès 2024.

La mission Luna-27, ensuite, visera à placer un nouvel atterrisseur dans la région du pôle sud. Là encore, il sera question d’effectuer une analyse du régolithe lunaire, mais jusqu’à une profondeur de deux mètres.

En outre, cette mission permettra à l’agence de valider une technique d’atterrissage de haute précision permettant d’éviter les obstacles au sol. Toujours selon Vladimir Kolmykov, cette mission devrait être lancée dès 2025.

atterrisseur lune
Une maquette de l’atterrisseur lunaire russe Luna-Glob (Luna-25), présentée au Salon du Bourget en 2015. Crédits : Pline/wikipédia

Notez que d’autres missions sont également à l’étude. On pense notamment à Luna-28, qui prévoit de renvoyer des roches lunaires sur Terre. Il est question que ce programme soit lancé en 2027. Enfin l’agence russe prévoit le déploiement d’un rover sur le sol lunaire dans la cadre de sa mission Luna-29. Néanmoins, aucune information la concernant n’a pour le moment été communiquée.

Source