in ,

La régression du nombre de spermatozoïdes est-elle une source de danger pour l’humanité ?

Crédits : Wikimedia Commons

Depuis moins d’une cinquantaine d’années, le taux de spermatozoïdes générés par les hommes accuse une chute progressive. Alors que ce taux n’est pas destiné à remonter, la question se pose de savoir si ce phénomène met en péril ou non l’humanité entière.

Une étude publiée en 2017 et pilotée par l’European Society of Human Reproduction and Embryology estimait qu’en 45 ans, le taux de spermatozoïdes par millilitre de sperme a baissé de 50 %. Ce taux passe à 60 % concernant le nombre global de spermatozoïdes. Pas moins de 40 000 hommes vivants Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis ont été suivis durant cette période, et ce depuis 1973.

Cette étude menée par l’équipe du docteur Hagai Levine de l’Université d’Harvard (États-Unis) a donc dressé le constat suivant : l’humanité produit moins de sperme, et il est de moins bonne qualité ! Il faut savoir que depuis 1973, les modes de vie ont changé avec une sorte de « révolution » qui s’est mise en marche après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En effet, de nouveaux produits chimiques sont arrivés en masse sur le marché, et une des conséquences négatives a été incarnée par la modification du corps humain.

Or, certaines de ces substances ont des effets sur les hormones : les perturbateurs endocriniens, dont on parle de plus en plus. Les phtalates, omniprésents dans le plastique, l’alimentation, le textile ou encore les cosmétiques sont notamment pointés du doigt, car ceux-ci sont à l’origine d’une baisse du taux de testostérone et du nombre de spermatozoïdes.

De plus, ces phtalates sont héréditaires, si bien que les générations futures naissent avec des taux de spermatozoïdes de moins en moins élevés. Par ailleurs, les chercheurs estiment qu’il s’agit d’un exemple de substance choisi parmi un ensemble, formant la cause principale de la baisse de la fertilité depuis les années 1970.

À la question de savoir si l’humanité est menacée par cette baisse de fertilité, la réponse est à priori non. En effet, la baisse de la fertilité est actuellement compensée par l’assistance médicale à la procréation qui disons-le, se démocratise et fait des progrès. De plus, tant que le taux de spermatozoïdes chez les hommes ne tombe pas à 0 %, il n’y aura pas grand-chose à craindre !

Sources : Science DailySlate

Articles liés :

Messieurs, pour améliorer la qualité de votre sperme, mangez des noix et des noisettes !

Le pollen de palmier est-il efficace pour traiter l’infertilité ?

Pour protéger la fertilité masculine, une société lance le caleçon anti-ondes !