in

La réglementation du futur trafic des taxis volants est déjà discutée par la Nasa et Uber

Crédits : capture Youtube / Uber

Si nous voulons un jour que les taxis volants soient en circulation, il faudra une réglementation stricte concernant le trafic. Or actuellement, la NASA et Uber se sont associés pour démontrer comment les taxis volants (et autres drones) pourront s’organiser dans le cadre d’un trafic aérien au-dessus des grandes villes.

L’urbanisation est un phénomène toujours plus important, si bien que de nouvelles façons de penser l’aménagement des villes apparaissent, notamment en ce qui concerne les transports. Si les véhicules autonomes commencent à apparaître, l’Hyperloop n’est pas encore prêt mais un autre moyen de transport arrivera peut-être avant ce dernier : les taxis volants.

Les 8 et 9 mai 2018 s’est tenu à Los Angeles le sommet baptisé Uber Elevate. À cette occasion, Uber a (re) présenté son futur service de transport aérien baptisé UberAir (voir vidéo en fin d’article) que deux énormes institutions américaines soutiennent, à savoir la NASA et l’US Army. Cependant, la technologie n’est pas encore finalisée, les infrastructures d’accueil non plus et la législation encore moins.

Il est question de trajets aériens courts et rapides dans les airs et en milieu urbain, un des buts étant de décongestionner le trafic au sol. Cependant, la gestion de ce nouveau trafic devra bénéficier d’une législation en bonne et due forme, une sorte de « code des airs ». Il s’agit effectivement de réguler ce trafic ainsi que de surveiller ce dernier tout en offrant un support aux assurances qui se positionneront pour couvrir les risques.

La NASA et Uber discutent donc actuellement de l’élaboration de cette nouvelle réglementation et ont scellé un partenariat prenant la forme d’un nouvel accord, comme l’explique un communiqué de la NASA publié le 9 mai 2018. Celui-ci est destiné à approfondir les technologies et autres concepts en lien avec la mobilité urbaine aérienne. Si les premiers vols de démonstration de l’UberAir devraient se faire en 2020, la commercialisation du service est prévue pour 2023 avec une réelle mise en lumière durant les Jeux olympiques de 2028 qui se dérouleront à Los Angeles.

Par ailleurs, la banalisation de ce type de transport apparaîtra vraisemblablement vers 2040-2050. L’accord en question permettra d’évaluer les impacts liés aux différents véhicules volants dans l’environnement urbain où les taux de population sont logiquement élevés. Il est question d’évaluer les différents véhicules, qu’il s’agisse de drones de livraison et d’avions à décollage/atterrissage vertical contenant des passagers. Le but est de permettre une sécurité à toute épreuve tout en évitant les nuisances sonores ou encore une perturbation du contrôle du trafic aérien actuel.

Sources : Futura SciencesMashable