in

La « recette » de l’embaumement égyptien est beaucoup plus ancienne que prévu

Crédits : Wikimedia Commons La momie de Ramses II

De nouveaux tests effectués sur une momie préhistorique révèlent que l’embaumement a eu lieu 1 500 ans plus tôt que prévu. La « recette » de l’embaumement contenait des agents antibactériens similaires à ceux employés par les embaumeurs égyptiens environ 2 500 ans plus tard.

Datée entre 3700 et 3500 av. J.-C., une momie conservée au musée égyptien de Turin depuis 1901 présentait la particularité de n’avoir jamais subi de traitement de conservation. On pensait alors que le corps avait été naturellement momifié par l’action desséchante du sable chaud et sec du désert. De récentes analyses faites par des chercheurs des universités d’York et Macquarie révèlent pourtant que ce ne fut pas le cas. La momie a bel et bien subi un processus d’embaumement, bien avant que la pratique ne devienne courante en Égypte.

La recette ? De l’huile végétale, de la résine de conifère chauffée, un extrait de plante aromatique et un mélange gomme/sucre végétal utilisé pour imprégner les textiles funéraires dans lesquels le corps était enveloppé. L’étude, publiée dans le Journal of Archaeological Science, révèle que les substances utilisées à l’époque contenaient autant d’agents antibactériens que les méthodes utilisées par les embaumeurs égyptiens environ 2 500 ans plus tard.

« Nos résultats représentent l’incarnation littérale des précurseurs de la momification classique, qui deviendrait l’un des piliers ancienne culture égyptienne », note Stephen Buckley, chimiste archéologue et expert en momification à l’Université d’York.

Une partie de la momie conservée au Musée égyptien de Turin depuis 1901. Une récente analyse chimique révèle que le rituel d’embaumement est en fait plus ancien qu’on ne le supposait. Crédits : Dr Stephen Buckley/Université d’York

Autre fait intéressant : la momie – un homme âgé de 20 à 30 ans selon les dernières analyses – serait originaire su sud de l’Égypte, ce qui indique que la recette d’embaumement était utilisée dans une zone géographique plus étendue que prévu. « Les résultats changent considérablement notre compréhension du développement de la momification et de l’utilisation d’agents d’embaumement », concluent les chercheurs.

Source

Articles liés : 

On en sait un peu plus sur les momies de ce mystérieux sarcophage

Découverte exceptionnelle de jeunes lions des cavernes parfaitement conservés en Russie

Égypte : d’incroyables tatouages découverts sur une femme momifiée depuis 3000 ans