in

La première greffe de pénis soldée par un succès réalisée en Afrique du Sud

Crédits : iStock

Pour la toute première fois, une greffe de pénis s’est soldée par un succès, trois mois après l’opération. C’est ce qu’a annoncé ce vendredi 13 mars l’équipe de médecins sud-africains qui ont opéré un jeune homme de 21 ans.

« J’ai le privilège d’avoir participé à la première greffe réussie au monde », a annoncé le professeur Frank Graewe, chef du département de chirurgie reconstructive à l’Université de Stellenbosch, au sud-ouest de l’Afrique du Sud.

C’est le 11 décembre dernier que ce jeune sud-africain de 21 ans, désirant rester anonyme, s’est fait opérer à l’hôpital Tygerberg de Cape Town. Une opération longue de neuf heures pour celui qui avait été amputé de son pénis à l’âge de 18 ans, à la suite d’une circoncision rituelle s’étant compliquée d’une gangrène.

Trois mois après, tout va pour le mieux pour ce patient qui a pu recouvrer toutes ses fonctions urinaires et reproductives avec une rapidité déconcertante. « Notre but était qu’il soit pleinement fonctionnel d’ici deux ans, et nous sommes très surpris par sa récupération très rapide », a déclaré le Professeur Andre van der Merwe, urologue, qui précise aussi que le patient a récupéré des érections ainsi que la capacité à éprouver du plaisir sexuel, sans pour autant avoir retrouvé toutes ses sensations pour le moment.

C’est la toute première fois que ce type d’opération est une pleine réussite. En effet, en Chine en 2006, une première greffe de pénis avait été pratiquée sur un patient. Une greffe qui avait dû être retirée 10 jours plus tard, le patient n’ayant pas supporté cet organe « étranger ».

« Nous avons prouvé que c’était possible. Nous pouvons donner à quelqu’un un organe aussi bon que celui qu’il avait » complète le Pr Graewe. En effet, après cette réussite, ce sont neuf autres patients, aussi victimes de circoncisions rituelles, qui pourraient bénéficier d’une greffe de pénis. Ce type de cas est assez rare, mais les médecins pensent que cette technique pourrait aussi être développée pour les cas de cancer du pénis ou encore de troubles sévères de l’érection.

 Source : theguardian