in ,

La peau imprimée en 3D pourrait bien révolutionner la chirurgie !

Crédits : Pixnio

Et si la biochimie moléculaire pouvait révolutionner le domaine de la chirurgie ? C’est en tout cas ce que pense un chercheur français, à l’origine d’un moyen d’imprimer de l’épiderme en 3D !

Une performance étonnante

Christophe Marquette, spécialiste en biochimie moléculaire et directeur de recherche au CNRS, a créé à Lyon une plateforme de bio-impression nommée 3D.Fab. Cette plateforme collabore avec LabSkin Creations, une start-up dont la spécialité est la confection de peau artificielle.

Comme l’indique une récente publication, l’artiste Chloé Lavalette a travaillé avec ces deux entités afin de mettre au point une performance intitulée « Crap #2 (la peau²) » qui s’est déroulée ce 20 novembre 2020 à la Gaîté Lyrique, un centre d’art numérique et de musique moderne situé à Paris.

« Les biotechnologies contemporaines développant des échantillons de peau humaine synthétique à destination des laboratoires cosmétiques et du soin aux grands brûlés lui inspirent une réflexion sur la peau comme espace du lien social », peut-on lire dans le communiqué.

L’industrie cosmétique en priorité

Il faut savoir qu’une majorité de l’activité de LabSkin Creations est dédiée à fournir des échantillons d’épiderme pour l’industrie cosmétique, à hauteur de 80 %. Il est question de tester ces derniers afin de confectionner des baumes hydratants, des lotions purifiantes ou encore des crèmes anti-âge.

Ces échantillons de peau de la taille d’une pièce de monnaie sont obtenus in vitro, après le développement de cellules générées via un agencement prédéfini par ordinateur. Par ailleurs, la matière première de ceux-ci provient de déchets opératoires avec l’aval des autorités, et ce dans un cadre bien défini.

Plus tard, la chirurgie !

D’ici quelques années, l’impression de peau en 3D devrait servir en chirurgie réparatrice. En effet, LabSkin Creations estime qu’il sera bientôt possible de créer de la peau afin de soigner les grands brûlés. Il s’agirait d’abord de prélever un peu de peau saine du patient afin d’éviter un éventuel rejet. Ensuite, il suffira de regarder le bras robotique de l’imprimante 3D reconstituer la peau du patient après avoir mélangé les cellules à de la bio-encre !

Crédits : DR

En 2017, des chercheurs sud-coréens ont élaboré une imprimante 3D hybride basée sur deux méthodes d’impression différentes : l’extrusion et le jet d’encre. Le but était de fabriquer de la peau en collagène dotée d’une membrane en polycaprolactone (PCL), également destinée à la chirurgie reconstructive.

En revanche, cela n’est pas encore possible dans la mesure où bien que les laboratoires ont les compétences requises, la réglementation fait office de frein, qui plus est en ce qui concerne d’éventuelles applications en chirurgie esthétique. Enfin, évoquons le fait que l’armée se montre très intéressée par ce genre de recherches !

Source

Articles liés :

Produire de la peau par impression 3D, ce n’est plus de la science-fiction !

L’US Army œuvre à régénérer la peau grâce à l’impression 3D

L’Oréal veut recourir à l’impression 3D de peau pour tester ses produits