in

Là où les orques passent, les grands requins blancs s’enfuient

Crédits : Pixabay

Une récente étude menée par des chercheurs de l’aquarium de Monterey Bay nous montre qui sont les véritables maîtresses de l’océan : les orques.

Nous aurions tendance à penser que le grand requin blanc se place tout en haut de la chaîne alimentaire marine – Homme exclut. Mais ces carnivores aux dents acérées semblent se soumettre à la simple présence de prédatrices encore plus redoutables : les orques. Le simple passage de ces mammifères semble faire fuir les grands blancs, qui abandonnent leur zone de chasse. Certains, pour ne pas prendre de risques, ne reviennent pas avant des mois.

C’est en tout cas l’observation faite par une équipe de chercheurs dirigée par Scot Anderson, du Monterey Bay Aquarium. « Lorsqu’ils seront confrontés à des orques, les requins blancs quitteront immédiatement leur lieu de chasse préféré et ne reviendront pas avant un an, même si les orques ne font que passer », peut-on lire dans l’étude publiée Scientific Reports.

Les orques font la loi

Pour cette étude, les chercheurs expliquent avoir documenté les interactions entre ces deux prédateurs au large de San Francisco (Îles Farallon), en Californie. Les chercheurs se sont appuyés sur les données de 165 requins blancs marqués entre 2006 et 2013, et ont analysé leur comportement en présence d’orques dans la région. Dans tous les cas examinés, les grands requins blancs ont fui les lieux lorsque les orques sont arrivées. Parfois quelques minutes seulement après, et ce même alors que certaines orques n’étaient que de passage. La plupart des requins ne sont pas revenus avant la saison suivante.

« Ce sont d’énormes requins blancs. Certains mesurent plus de 5 mètres de long et ils font habituellement la loi ici, note Scot Anderson. Nous observons certains de ces requins depuis 15 ou 20 ans – et quelques-uns même plus longtemps que cela ». Comme quoi les orques dominent bel et bien les océans. Elles sont généralement plusieurs, et chassent en groupe, tandis que les requins mènent une vie solitaire.

orques
Les requins blancs fuient dans les zones où les orques sont présentes. Crédits : Pixabay

Les phoques en profitent

Et forcément, ce sont les colonies d’éléphants de mer qui sont contents. Une fois les requins blancs partis, les chercheurs ont en effet relevé quatre à sept fois moins d’évènements de prédation. « En moyenne, nous documentons environ 40 événements de prédation d’éléphants de mer par des requins blancs dans le sud-est de l’île Farallon chaque saison, peut-on lire dans l’étude. Une fois que les orques se manifestent, nous ne voyons plus un seul requin, et il y a moins de victimes ».

Les quelques événements de prédation sont donc – du moins dans cette zone – à mettre au crédit des orques. Mais ces dernières ne sont que de passage. Au contraire du grand blanc qui, chaque automne, investit normalement les lieux pour chasser les jeunes éléphants de mer. Les analyses de suivi ont également permis de comprendre que certains requins se rabattaient sur d’autres colonies, le long de la côte américaine. Tandis que d’autres préféraient prendre le large.

Reste à savoir si les orques prennent pour cibles les grands requins blancs, où si elles « intimident » les prédateurs concurrents pour pouvoir s’attaquer plus facilement aux éléphants de mer. Là-dessus, les chercheurs n’ont pas encore la réponse.

Source

Articles liés :

Les requins plus proches de l’extinction qu’on ne le pensait

Les grands requins blancs ont-ils eu raison du mégalodon ?

Des dents de requins retrouvées près du plus célèbre des T-rex