in

La nouvelle « mini-lune » de la Terre vient de nous quitter

Crédits : Observatoire Gemini

Depuis au moins un an la Terre était accompagnée d’une « mini-lune ». L’objet nous a finalement quittés pour une attraction plus grande et plus lumineuse.

Le 14 février dernier des chercheurs de la Catalina Sky Survey, en Arizona (États-Unis), ont repéré ce qu’on appelle un « objet capturé temporairement », officiellement baptisé 2020 CD3. Les analyses de suivi ont ensuite révélé que cette « mini-lune », pas plus grosse qu’une voiture, était en orbite autour de notre planète depuis au moins un an, et qu’elle en faisait le tour tous les 47 jours. Cependant, cette relation n’était que temporaire.

Une rupture précoce avec cette mini-lune

D’après certains astronomes, 2020 CD3 devait être éjectée du système Terre-Lune dès le mois d’avril prochain. Finalement, la rupture s’est produite un peu plus tôt que prévu. Selon Bill Gray, qui crée et gère certains logiciels de suivis d’objets célestes utilisés que les astronomes, y compris ceux de la Catalina Survey, notre « mini-lune » nous a quittés le 7 mars dernier. Depuis lors, elle se plie à a force gravitationnelle du Soleil.

Bien que les astronomes soient désormais certains que cette « ex mini-lune » n’est pas un débris spatial d’origine humaine, ils ignorent encore sa véritable origine. Il pourrait s’agir d’un objet expulsé de la ceinture d’astéroïdes, située entre les orbites de Mars et de Jupiter. Certains suggèrent également qu’il pourrait s’agir d’un morceau de notre propre Lune arraché il y a plusieurs millions d’années.

Même si 2020 CD3 n’est désormais plus aux « griffes » de la Terre, son voyage dans le Système solaire reste largement prévisible. Selon Bill Gray, l’objet nous rendra visite à nouveau en mars 2044. En revanche, il ne sera cette fois pas assez proche pour capturé. Un jour peut-être, une relation plus intime entre la Terre et son ancienne mini-lune pourrait éventuellement reprendre, mais cela se ne reproduira pas avant plusieurs milliers d’années.

mini-lune
L’image ci-dessous a été obtenue le 24 février dernier. Elle nous dévoile un point de lumière minuscule (2020 CD3) perdu au milieu des traînées d’étoiles situées en arrière-plan. Crédits : Observatoire Gemini/NSF/AURA/G. Fedorets

D’autres « lunes » à découvrir

La majorité des astronomes s’accordent à penser qu’il existe encore d’autres objets de ce genre dans l’environnement de la Terre. Pour les trouver, il va donc falloir être au bon endroit, au bon moment. La prochaine mise en service de l’observatoire Vera C. Rubin, actuellement en construction au Chili, devrait pouvoir nous aider.

Cet instrument (qui devrait être pleinement opérationnel dans deux ans) sera effectivement en mesure de photographier l’ensemble du ciel austral avec une sensibilité lui permettant de fournir des images des plus petits objets du Système solaire.

Source

Articles liés :

Le Soleil mourant pulvérisera tous les astéroïdes du Système solaire

Voici les photos les plus détaillées jamais prises du Soleil

Pour trouver une vie extraterrestre, ne ciblons pas les étoiles semblables à notre Soleil