in

La NASA rassurée malgré le rachat de Twitter par Elon Musk

lune starship nasa
Illustration d'un vaisseau Starship sur le sol lunaire. Crédits : NASA

Gwynne Shotwell, présidente et cheffe de l’exploitation de la société SpaceX, a répondu aux inquiétudes de certains dirigeants de la NASA concernant les nouvelles activités d’Elon Musk sur Twitter.

Emploi du temps chargé

Elon Musk officialisait finalement le rachat de Twitter fin octobre après plusieurs rebondissements. Le patron de SpaceX et de Tesla avait déclaré vouloir acheter le réseau social pour « aider l’humanité » et permettre à toutes les opinions de s’exprimer librement. Naturellement, cette incroyable transaction – estimée à 44 milliards de dollars – et les conséquences qui ont suivi (licenciements en chaîne, moue de certaines grandes marques refusant désormais de faire de la publicité sur Twitter) ont fait énormément de bruit, obligeant Musk à investir beaucoup de son temps à sa nouvelle entreprise.

Justement, l’emploi du temps d’Elon Musk, encore plus chargé qu’avant, ne pourrait-il pas interférer avec les activités de SpaceX ? C’est la question posée par plusieurs dirigeants de la NASA il y a quelques jours.

Ces inquiétudes sont légitimes. En effet, rappelons que l’agence américaine a jeté son dévolu sur SpaceX pour déposer ses prochains astronautes sur la Lune dans le cadre de son programme Artemis. Par ailleurs, SpaceX demeure encore aujourd’hui le seul prestataire privé capable de transporter des astronautes américains vers la station spatiale internationale.

Alors, la prise de contrôle tumultueuse de Twitter a-t-elle affecté le travail de SpaceX ? Pour le savoir, l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, s’est récemment entretenu avec Gwynne Shotwell, le « bras droit » d’Elon Musk. Les deux assistaient au Kennedy Center Honors, une célébration de la culture américaine, à Washington. Lorsqu’il a demandé si Twitter était une distraction, Shotwell lui aurait répondu : « Je vous assure que ce n’est pas le cas« .

spacex Gwynne Shotwell elon musk
Gwynne Shotwell. Crédits : Taylor Hill / FilmMagic

Une société redoutable

Musk, dont l’attention a longtemps été balancée entre SpaceX et le constructeur de véhicules électriques Tesla, paraît effectivement aujourd’hui plus distant que jamais de la scène spatiale. Ce n’est qu’un sentiment. Sous l’impulsion de son patron, SpaceX demeure en effet aujourd’hui toujours aussi efficace. La société domine le marché du lancement avec sa Falcon 9, tandis que Starlink devient un fournisseur majeur, voire incontournable, de haut débit par satellite. Plus récemment, SpaceX a également présente son projet Starshield, pour le compte de la sécurité nationale américaine.

De son côté, le Starship attend son heure dans les coulisses mais, là encore, il semble y avoir du progrès.

Lisa Watson-Morgan, responsable du programme Human Landing System (HLS) de la NASA, a en effet récemment déclaré que SpaceX était jusqu’à présent un « partenaire fantastique« . Dans le cadre d’une récente visite des installations de la société, certains ingénieurs de la NASA ont d’ailleurs pu assister aux premiers tests de l’un des attributs uniques du Starship : un ascenseur permettant aux astronautes de passer de la cabine d’équipage à la surface lunaire. La conception de cet ascenseur, aux dires des ingénieurs, était visiblement robuste, tolérante aux pannes multiples et conçue pour fonctionner dans des conditions lunaires.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.