in

La NASA publie une vue 3D des émissions mondiales de méthane

Crédits : NASA

Malgré sa durée de vie très limitée, le méthane a un pouvoir réchauffant beaucoup plus important que le CO2. Un récent rapport a montré que ces émissions sont en augmentation et la NASA a publié une modélisation 3D montrant parfaitement l’ampleur du problème.

Hausse alarmante des émissions de CH4

Depuis le début de l’année 2020, l’Arctique connaît des températures anormalement élevées et des records ont même été battus. La Sibérie orientale (Russie) a même enregistré l’incendie de forêt le plus au nord de ces dernières années. Cette situation est source d’inquiétude dans la région arctique, notamment en raison de l’accélération de la fonte du pergélisol (ou permafrost).

Cette partie du sol gelée en permanence renferme une importante quantité de méthane (CH4), un gaz à effet de serre 30 fois plus réchauffant que le CO2 ! Or, la fonte du pergélisol peut malheureusement libérer ce méthane sous forme organique. Si sa durée de vie dans l’atmosphère est de “seulement” une décennie, le méthane est pourtant le deuxième plus grand contributeur du réchauffement climatique derrière le CO2.

Dans un rapport publié par le programme de recherche Global Methane Budget le 15 juillet 2020, les scientifiques se sont montrés rassurant sur le sujet. Néanmoins, leurs relevés montraient une hausse alarmante des émissions mondiales. Il est tout de même question d’une concentration de méthane dans l’atmosphère environ 2,5 fois plus importante que lors de l’ère préindustrielle.

hausse méthane graphique
Crédits : capture YouTube / NASA Goddard

Un nouvel outil pour les chercheurs

Une visualisation 3D publiée par la NASA montre très clairement ces émissions de méthane (voir en fin d’article). Portant sur l’année 2017, les images mettent en avant la manière avec laquelle les émissions et la circulation du méthane varient dans le temps et selon les régions.

L’agence explique dans un communiqué du 23 mars 2020 que les données utilisées sont entre autres issues d’inventaires d’émissions relatifs aux énergies fossiles (émissions, exploitation), à l’agriculture, à la combustion de biomasse, ou encore aux biocarburants. Il est également question de simulations de zones humides, dont 70 % des émissions de CH4 proviennent des tropiques.

Cette visualisation représente un nouvel outil pour les chercheurs afin de mieux comprendre le méthane. Il faut savoir qu’il s’agit d’un gaz complexe qui a un rôle important dans le cycle du carbone terrestre, la composition atmosphérique ainsi que les systèmes climatiques. Il est d’ailleurs important de trouver un moyen de réduire les émissions de CH4 puisque ce gaz est aujourd’hui responsable de 20 à 30% de la hausse des températures sur Terre.

Voici la visualisation 3D élaborée par la NASA :