in

La NASA et SpaceX veulent collaborer pour mieux éviter les collisions entre satellites

Crédits : Pixy

Si les collisions entre satellites sont rares à tel point qu’une seule s’est produite dans l’histoire, la multiplication de ces objets en orbite augmente les risques. La NASA et SpaceX ont donc passé un accord sans précédent. Les deux parties vont ainsi collaborer pour éviter les futures potentielles collisions.

Davantage de risques à l’avenir à cause des satellites

En 2019, l’Agence spatiale européenne (ESA) avait effectué une manœuvre dans l’espace afin d’éviter un satellite de SpaceX. Selon l’agence, le risque de collision était d’un sur 1 000 et d’un sur 591 pour SpaceX. Si cette affaire avait fait grand bruit, le pire a été évité. Par ailleurs, une seule collision entre deux satellites a déjà eu lieu dans l’histoire. En 2009, les satellites Iridium-33 (États-Unis) et Kosmos-2251 (Russie) se sont percutés à 776 km au-dessus de la péninsule de Taïmyr (Sibérie).

Alors que des projets de constellations de satellites sont en cours, principalement le projet Starlink de SpaceX, il apparaît judicieux de tout faire pour éviter les futures collisions potentielles. Il existait déjà des échanges, mais visiblement, il était nécessaire de les renforcer. Un communiqué de la NASA publié le 19 mars 2021 évoque un accord avec SpaceX.

“Cet accord permet d’atteindre un niveau plus élevé de coordination, de coopération et de partage des données, et définit l’arrangement, les responsabilités et les procédures de coordination de la sécurité des vols”, peut-on lire dans le document.

satellites
Crédits : NASA

La NASA veut protéger sa flotte

La NASA souhaite donc parvenir à échanger de manière plus fine avec SpaceX dans le but d’éviter de dangereux rapprochements entre satellites. Ceci peut se produire en orbite, mais aussi au moment du lancement de nouveaux satellites ainsi que lors des “vols de covoiturage”, dont le but est de mettre en orbite plusieurs satellites d’un coup. Rappelons que la société d’Elon Musk désire à terme placer des milliers, voire des dizaines de milliers d’objets en orbite et que la NASA dispose de sa propre flotte de satellites qu’elle souhaite logiquement protéger.

Aujourd’hui, l’orbite terrestre contiendrait environ 30 000 débris spatiaux de plus de 20 cm. Or, ceux-ci représentent une menace pour les autres satellites, mais également pour les missions habitées, notamment vers la Station Spatiale internationale (ISS). Le fait est que ces débris sont susceptibles de se percuter entre eux et donc de générer davantage de fragments. Cette collaboration permettra ainsi de ne pas aggraver encore plus une situation déjà largement préoccupante.