in

La NASA enverra bientôt deux mannequins autour de la Lune

L'un des deux mannequins, Helga, lors d'un test de vibration. Crédits : DLR

Dans quelques mois, la NASA va placer deux mannequins en orbite autour de la Lune. Le but : étudier les effets du rayonnement spatial sur les astronautes.

Si l’on met de côté les défis techniques inhérents à un voyage longue durée dans l’espace, se pose la question du rayonnement cosmique. Il s’agit d’un flux constant de particules de haute énergie qui circulent quasiment à la vitesse de la lumière. Ces rayons sont très nocifs pour l’Homme. Sur notre planète notre atmosphère permet de les filtrer. En revanche, si nous voulons évoluer durablement dans l’espace, nous allons devoir trouver un moyen de nous en protéger.

Deux mannequins et un gilet

En ce sens le centre aérospatial allemand (DLR) a récemment développé deux mannequins, appelés Helga et Zohar, fabriqués à partir de plastique imitant les tissus et organes humains. Ces deux bustes sont féminins dans la mesure où, dans l’espace, les femmes semblent davantage exposées aux dangers du rayonnement que les hommes.

L’un de ces mannequins sera équipé d’un gilet appelé StemRad. Fabriqué à partir de polyéthylène haute densité, il a été spécialement conçu pour protéger les astronautes des rayonnements nocifs. Il sera également plus épais au niveau de la poitrine, la moelle osseuse, les ovaires et les organes vitaux.

Notons que des blocs de polyéthylène sont déjà utilisés dans les dortoirs américains de la station spatiale pour protéger les astronautes. Cette matière n’est donc pas nouvelle.

L’autre mannequin, lui, n’aura pas de gilet. Chacun d’eux sera également équipé de 5 600 capteurs, ce qui permettra aux chercheurs de comparer leur degré d’exposition.

gilet espace
Kat Coderre, de Lockheed Martin, porte le gilet anti-rayonnement à l’intérieur de la capsule Orion. Crédits : ISS National Lab

La mission Artemis

Helga et Zohar seront embarqués à bord d’une capsule Orion dans le cadre de la mission Artemis 1. Celle-ci, sans équipage, aura pour objectif de faire tour de la Lune et de revenir. En cas de succès, un premier équipage pourrait alors s’envoler pour effectuer les mêmes manoeuvres en 2022, dans le cadre de la mission Artemis 2. Puis viendra la très attendue Artemis 3 qui verra un homme et une femme poser le pied sur la Lune en 2024.

En cas de succès de cette première mission, le gilet StemRad pourrait donc venir s’ajouter aux nouvelles combinaisons de la NASA. Ils seront également adaptés pour une utilisation masculine.

Source

Articles liés :

Le rover VIPER de la NASA cherchera de la glace sur la Lune dès 2022

Et si on envoyait des bactéries sur Mars, avant les humains ?

Pourrait-on vivre sur la Lune ?