in ,

La NASA doit rendre les toilettes de la capsule Orion moins odorantes

Crédits : NASA / Wikipedia

Pour la première fois depuis environ un demi-siècle, la NASA s’apprête à envoyer des astronautes sur la Lune. Avant cela, les responsables du vaisseau spatial Orion doivent régler un problème assez déroutant : ses toilettes sentent trop fort. Un nouveau modèle de toilettes doit être testé prochainement par les astronautes.

Des toilettes trop odorantes

Actuellement, l’Agence Spatiale des États-Unis (NASA) se prépare a envoyer des astronautes sur la Lune, une première depuis 1972. En 2023, un équipage embarquera pour une dizaine de jours dans le cadre d’un vol autour de la Lune. L’année suivante, il sera question d’une mission d’atterrissage sur la surface de notre satellite. Pour mener à bien ces missions, la NASA prévoit d’utiliser le vaisseau spatial Orion. Comme l’explique Business Insider dans un article du 23 septembre 2020, les toilettes de la capsule sont trop odorantes, une mauvaise odeur impactant inévitablement l’ensemble du vaisseau. Or, il s’agit d’un véritable défi pour Jason Hutt, responsable de l’ingénierie d’Orion.

«Si vous voulez recréer l’odeur d’un vaisseau spatial utilisé, prenez quelques couches sales, des emballages de nourriture pour micro-ondes, un sac pour vomir usagé et quelques serviettes moites, mettez-les dans une poubelle métallique à l’ancienne et laissez-les cuire au soleil d’été pendant dix jours. Ensuite, ouvrez le gosse et respirez profondément», avait déclaré l’intéressé dans un tweet du 18 août 2020.

Pas de place pour stocker l’urine

Rappelons tout de même que la capsule Orion à une longueur similaire à un petit bateau à moteur. Ainsi, il incombe que le Système universel de gestion des déchets (UWMS) fonctionne dans ce petit environnement sans toutefois générer d’odeurs importantes. Pour s’en assurer, un nouveau modèle de toilettes sera bientôt envoyé à bord de la Station Spatiale internationale (ISS). Les astronautes le testeront et le compareront aux habituelles toilettes de l’ISS (voir photo ci-après). Le fait est que ce nouvel UWMS n’est pas si différent des autres toilettes spatiales. En l’absence d’une gravité dans l’Espace qui aurait permis une évacuation des déchets vers le bas, le système utilise des ventilateurs motorisés. L’objectif ? Aspirer l’urine et les excréments des astronautes.

toilettes ISS NASA
Crédits : NASA

Seulement voilà, si les excréments resteront stockés à bord d’Orion jusqu’à son retour sur Terre, ce ne sera pas le cas de l’urine par manque d’espace. De plus, contrairement à l’ISS, le vaisseau est incapable de la recycler pour en faire de l’eau potable. Malheureusement, il n’y a là encore pas assez d’espace pour le système de filtration. Ainsi, les astronautes pourraient l’évacuer dans l’Espace, où elle pourrait geler en raison de la température (- 270°C) et flotter sous cette forme jusqu’à la nuit des temps.

Les filtres à charbon, une solution probable

Nous l’avons déjà mentionné : la capsule Orion est toute petite, si bien que les exigences de poids y sont très strictes. Les toilettes doivent donc être légères et ceci devra également être le cas de ses moteurs et autres ventilateurs. Or, de petits moteurs causeraient un bruit intense au vu de la nécessité d’une aspiration puissante. Par ailleurs, le fait que la capsule soit faite en aluminium n’arrange rien à la propagation du bruit. Néanmoins, des toilettes bruyantes pourraient offrir une certaine “intimité” aux astronautes dans cet espace restreint.

Dans tous les cas, stocker des excréments dans la capsule nécessite de trouver un moyen de réduire la puanteur. Or, il est évidemment impossible d’ouvrir une fenêtre comme dans une maison ou d’utiliser un simple désodorisant qui polluerait rapidement l’air intérieur. La clé pourrait se trouver dans des filtres à charbon en poudre, une solution compacte ne nécessitant aucun produit chimique ou électricité.