in

La mort cellulaire avance à une vitesse de deux millimètres par heure

Crédits : Public Domain Pictures

Des chercheurs américains ont vu la mort “avancer”. En ayant observé le processus d’auto-destruction d’une cellule, ces derniers ont même pu estimer sa vitesse. Il s’agit d’un élément qui restait indétectable jusqu’à aujourd’hui !

Dans leur étude publiée dans la revue Science le 10 août 2018, les chercheurs de l’Université de Stanford (États-Unis) ont évoqué l’existence de “vagues” microscopiques. Ils ont détaillé leurs observations relatives à l’apoptose, processus par lequel des cellules déclenchent leur auto-destruction en réponse à un signal, une des voies possibles de la mort cellulaire ici nécessaire à la survie de l’organisme.

« Parfois, nos cellules meurent lorsque nous ne le voulons pas vraiment, par exemple lors de maladies neurodégénératives. Parfois, nos cellules ne meurent pas lorsque nous les voulons vraiment, par exemple en ce qui concerne le cancer, et si nous voulons intervenir, nous devons comprendre comment l’apoptose est régulée », a déclaré James Ferrell, principal meneur de l’étude dans un communiqué.

Selon ces recherches, l’apoptose se propagerait dans le cytoplasme (contenu d’une cellule vivante) sous forme d’ondes de déclenchement à une vitesse de 30 micromètres par minute, c’est-à-dire deux millimètres par heure. Cette vitesse est longtemps restée trop rapide et à une échelle trop réduite pour être détectée. Par ailleurs, ces vagues ou ondes de déclenchement – comparables à un effet domino – font partie des moyens par lequel les cellules communiquent entre elles.

James Ferrell a indiqué que l’apoptose était jusqu’à aujourd’hui la seule forme de mort cellulaire connue pour laquelle le processus d’ondes de déclenchement a été identifié. Néanmoins, le spécialiste a indiqué avoir l’intention d’étudier d’autres processus biologiques afin de dire si ce même phénomène est à l’œuvre. D’un point de vue logique, il se pourrait que ce soit le cas lors d’une réponse immunitaire, car il s’avère que la propagation des virus se produit également de cette façon.

Sources : Science DailyAgence Science Presse

Articles liés :

Ils ont inversé le vieillissement de cellules humaines cultivées en laboratoire

Une cellule nouvellement identifiée pourrait supprimer la formation de cellules graisseuses

Nos cellules abriteraient une nouvelle forme d’ADN !