in

La moitié des plages de sable pourrait disparaître avant 2100

Crédits : Free-Photos/Pixabay

Au rythme où vont les choses, la moitié des plages de sable du monde pourrait disparaître d’ici 2100, alerte une étude.

On ne s’en rend peut-être pas bien compte, mais les plages de sable occupent plus d’un tiers du littoral mondial. Et leur importance ne doit pas être sous-estimée. Les plages ont, d’une part, une grande valeur socio-économique liée aux loisirs et au tourisme, mais elles sont également un bouclier nous assurant une protection contre les tempêtes marines et les cyclones.

Il ne faut pas non plus oublier que les plages ne sont pas statiques. Elles évoluent constamment au gré des facteurs météorologiques, géologiques et humains (construction d’infrastructures).

Aussi, dans un monde en évolution rapide comme le nôtre, nous devons nous assurer que ces plages, que nous prenons souvent pour acquises, puissent tenir le coup. Et selon une récente étude publiée dans la revue Nature Climate Change, c’est assez mal parti.

La moitié des plages pourrait disparaître

Pour ces travaux, des chercheurs du Centre commun de recherche de la Commission européenne ont examiné 35 ans de données satellitaires côtières. Ils ont pu, grâce à ces informations, analyser comment les rivages du monde entier avaient évolué au cours de ces trois dernières décennies. Les chercheurs ont ensuite effectué des simulations informatiques pour tenter de se projeter dans l’avenir.

Dans cette étude, les chercheurs ont simulé deux scénarios. Le premier, le pire, se base sur le fait que nos émissions de gaz à effet de serre continueront d’augmenter au rythme actuel. Le second scénario, de son côté, prend en compte un réchauffement climatique limité à 3 °C. Notez que cette projection « moins grave » place tout de même la barre au-dessus de la limite de 2 °C prévue par l’accord de Paris de 2015.

Il est ressorti de cette étude que, dans le pire scénario, 49,5% des plages de sable disparaîtraient avant la fin du siècle. Ce qui représente environ 132 000 km de côtes. Dans le moins pire des cas, environ 95 000 km de côtes pourraient tout de même disparaître.

Toutes les régions ne ressentiront pas les mêmes impacts. L’Asie de l’Est et du Sud-Est, par exemple, pourraient perdre 50% de leurs plages d’ici 2050 dans le pire scénario. L’Australie, également pourrait voir près de 15 000 km de plages de sable rayés de la carte d’ici 2100. D’autres pays seront aussi durement touchés, comme le Canada, le Mexique, l’Argentine, l’Inde, le Brésil ou la Guyane.

plages
Crédits : MustangJoe/Pixabay

« Nous devons nous préparer »

Une proportion importante de ces rivages sablonneux menacés se situant dans des zones densément peuplées, les chercheurs soulignent donc la nécessité de mettre en oeuvre des mesures d’adaptation efficaces. Il sera important de réduire nos émissions carbone pour limiter la hausse du niveau de la mer, mais également de repenser nos infrastructures dans le but de limiter l’érosion des côtes.

« Outre leur importance pour le tourisme, les plages de sable constituent souvent la première ligne de défense contre les tempêtes côtières et les inondations. Et sans elles, les impacts des événements météorologiques extrêmes seront probablement plus élevés, rappelle Michalis Vousdoukas, principal auteur de l’étude. Nous devons nous préparer ».

Source

Articles liés :

Les couverts en plastique rentrent dans le top 10 des déchets trouvés sur les plages

Les plages près d’Hiroshima contiennent encore des débris nucléaires de 1945

Les plages de sable blanc sont en réalité composées d’excréments de poissons