in

La mission Cristal va mesurer la cryosphère avec une précision inégalée

Crédits : PxHere

La future mission européenne d’observation de la Terre Cristal va intégrer un radar altimètre bi-fréquence. L’objectif ? Mesurer la cryosphère avec une grande précision, notamment l’épaisseur de la banquise et des glaces de mer. Baptisé Iris, cet appareil se concentrera surtout sur la zone Arctique, mais observera également d’autres zones du globe.

Mieux observer le niveau de la glace

La mission Cristal est l’une des six nouvelles missions du programme européen d’observation de la Terre Copernicus de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). En 2027 interviendra le lancement du satellite Cristal, ayant nécessité un investissement de 300 millions euros. Comme l’indique un communiqué publié par Thales Alenia Space le 21 septembre 2020, l’objectif est d’augmenter les capacités d’observation de la cryosphère.

Pour rappel, le terme cryosphère désigne toutes les parties de la surface des mers (et terres émergées) où l’eau est présente à l’état solide. Pour Krystof Gantois, chef du projet pour l’ESA, la cryosphère est une composante très fragile de notre système. Afin de mener ces observations, le satellite Cristal embarquera Iris, un altimètre radar bi-fréquence.

Cet appareil aura pour but de mesurer l’épaisseur de la glace de mer et de la couche de neige située au-dessus. Lors des changements de saison, Iris permettra d’observer le comportement de la glace (réduction/augmentation) en mesurant très précisément son niveau au-dessus de la mer. Afin de déterminer avec précision le niveau de la glace, l’altimètre va augmenter d’un tiers la “marche” entre l’eau et la glace par rapport aux instruments actuels.

satellite cristal
Crédits : Thales Alenia Space

La nécessité d’observations très précises

Laurent Rey, expert en altimétrie spatiale chez Thales, rappelle que les prévisions laissent penser qu’il y aura très peu de glace dans l’Arctique en 2050. Toutefois, l’intéressé estime qu’il s’agit là d’une tendance et souligne le besoin d’observations très précises afin de mieux orienter les politiques à venir. L’expert pense que l’altimètre permettra de soutenir les futures opérations maritimes et aider à la planification des activités dans les régions polaires.

“Les régions polaires ont une réelle influence sur les modèles climatiques au niveau mondial, sur la circulation thermohaline et sur le bilan énergétique planétaire. Un programme à long terme de surveillance de la topographie des glaces polaires, des océans et des neiges est donc du plus grand intérêt à la fois pour la communauté d’utilisateurs opérationnels et les scientifiques de l’Arctique, mais aussi pour les mesures réalisées dans l’Antarctique“, a déclaré Hervé Derrey, PDG de Thales.

La mission Cristal surveillera donc les pôles et plus particulièrement l’Arctique. Toutefois, celle-ci observera également les glaciers des importantes chaînes de montagnes, le niveau des océans ainsi que les icebergs.