in

La matière noire interagirait avec elle-même

Crédits : ESO

La matière noire représenterait 85 % de la masse de l’Univers, elle permet un équilibre pour les astres et les galaxies grâce à la force gravitationnelle, mais pourtant, on n’en connaît pas la vraie nature. Une étude aurait découvert que les particules de matière noire interagissent entre elles.

Une équipe de 23 astrophysiciens de l’université de Durham, menée par Richard Massey, s’est intéressée à la collision de quatre galaxies dans un amas bien loin de nous, Abell 3827, qui se situe à 1,3 milliard d’années-lumière de notre planète. Grâce aux télescopes Hubble et au Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral (ESO), les chercheurs ont constaté que les particules de matière noire pourraient être en constante interaction entre elles grâce à des forces encore inconnues.

Un réservoir de matière noire s’est progressivement décalé d’une galaxie, se situant aujourd’hui à 5 000 années-lumière de celle-ci. Or, cet éloignement ne peut avoir lieu que si la matière noire interagit avec elle-même, grâce à des forces inconnues et différentes de la force gravitationnelle. Mais il se pourrait qu’il y ait d’autres causes à ce décalage, c’est pourquoi cette théorie devra être approfondie par la suite.

« Nous percevons communément la matière noire comme un objet immobile, voire inerte, qui se contente d’exercer une attraction gravitationnelle sur son environnement proche. Mais le fait qu’elle ait été ralentie durant cette collision pourrait bien constituer la toute première preuve de l’existence d’une physique propre à ce côté obscur », déclare Richard Massey, un astrophysicien à l’Institut de Cosmologie Computationnelle de l’université de Durham.

Sources : Le Monde, ESO, Huffington Post, Science et Vie, Gentside.

– Illustration : L’amas de galaxies Abell 3827 / ESO