in ,

La Lune est-elle à vendre ?

Crédits : HypnoArt / Pixabay

Les agences spaciales privées cherchent désormais à s’emparer de la lune pour leurs projets. Un nouveau Far West ?

La Lune est protégée par le traité de l’espace extra-atmosphérique de l’ONU, ratifié par la totalité des puissances spatiales en 1967 interdisant donc l’appropriation des corps célestes par les états.

Cependant, un agent immobilier du Nevada, Dennis Hope, a créé en 1980 « Lunar Embassy » (ambassade lunaire), une entreprise commercialisant les terrains lunaires en vertu d’une loi américaine de 1862 stipulant que la première personne à réclamer une terre sans propriétaire peut en acquérir les droits. Retrouvez une interview de Dennis Hope pour Vice, publiée le 16 avril 2013.

Dennis Hope serait également propriétaire légal du sol de Mars, Vénus, Mercure et Io (un des satellites de Jupiter). Il s’agit en réalité d’une faille du droit international. Environ 4 millions de parcelles lunaires auraient déjà été vendues au prix de 0,2 euro l’hectare. Parmi les clients, d’anciens présidents américains, des stars de Hollywood ou encore des multinationales telles que les hôteliers Hilton et Marriott.

L’agence de presse Reuters a communiqué au début du mois de février 2015, que l’agence gouvernementale américaine chargée de l’aviation civile (FAA, Federal Administration Aviation) reconnaissait de manière officielle et pour la première fois, la légitimité du « désir du secteur privé de protéger ses investissements et son personnel amenés à travailler sur la Lune ou sur d’autres corps célestes ». Les sociétés spatiales privées, nouveaux acteurs de l’exploration spatiale, investiront donc sur la Lune (et sur d’autres planètes) comme elles investiraient dans n’importe quel pays.

En effet, le texte de l’ONU de 1967 contraint les états, et non les entreprises privées, ces dernières pouvant s’installer sur la Lune en étant administrativement rattachées à des pays n’ayant pas ratifié le traité sur la lune de 1979, censé renforcer le premier traité. Ainsi, développement d’habitations lunaires, exploitation de ressources minières des astéroïdes…un nombre incalculable de concurrents se massent dans cette course : Google, Planetary Resources, Deep Space Industries, ou encore Bigelow Aerospace.

Voici « Lune à vendre », un documentaire de Nick Davidson (BBC / Discovery Channel), diffusé par ARTE en 2009 .


Lune a vendre 1 3 par ptitevio

Lune a vendre 2 3 par ptitevio


Lune a vendre 3 3 par ptitevio

Sources : Sciences et AvenirL’ExpressViceBureau des affaires du désarmement des Nations Unies