in ,

La lumière bleue des écrans pourrait être également mauvaise pour la peau !

Crédits : Wikipedia

Ces dernières années, différents chercheurs ont alerté à propos des dommages de la lumière bleue sur les yeux, ou encore de l’impact sur le sommeil. Cette fois, une dermatologue étasunienne estime que cette lumière émanant des écrans peut affecter l’épiderme. Il serait en effet question d’une accélération du vieillissement de la peau.

Des dommages irréversibles

En 2018, des chercheurs espagnols avaient déterminé que la lumière bleue est un facteur de risque de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Il s’agit d’une maladie de la rétine touchant habituellement les personnes âgées entre 50 et 60 ans. Quelques mois auparavant, une étude financée par l’Union Européenne avait permis de comprendre pourquoi la lumière bleue des écrans perturbe le sommeil. Le fait est que dans le cas d’une utilisation la nuit, celle-ci empêche la sécrétion de mélatonine, une hormone essentielle au sommeil.

Mais, visiblement, nous n’avons pas fini d’entendre parler de lumière bleue ! Michele Farber, spécialiste de la peau pour le compte du Schweiger Dermatology Group, a été interrogée dans un article publié par le Huffington Post US le 30 avril 2020. Selon l’intéressée, une exposition prolongée peut causer des dommages irréversibles au niveau de la peau. Il peut s’agir de relâchements, de ridules ou encore de l’apparition de taches plus sombres. En somme, il est question d’une accélération du vieillissement de la peau.

smartphone réveil lit
Crédits : Bosland Corp. / Flickr

« Regarder nos télévisions et téléphones la nuit peut également bouleverser notre cycle de sommeil. On sait à présent qu’un manque de sommeil cause des perturbations hormonales qui peuvent entraîner des problèmes de peau et accélérer le vieillissement » a déclaré Michele Farber.

Filtres, lunettes et… crème solaire

En revanche, cette nouvelle ne doit pas alarmer outre mesure. En effet, les effets du soleil sont bien plus nocifs car pouvant engendrer des cancers de la peau. Par ailleurs, trop peu d’études et de statistiques sont disponibles. Autrement dit, il est très difficile d’évaluer les risques réels relatifs à l’exposition à la lumière bleue.

En attendant, les consommateurs doivent tenter de se prémunir. Par exemple, de nombreux écrans bénéficient d’une option filtre anti-lumière bleue, synonyme de protection. Par ailleurs, il existe des lunettes équipées de verres à filtre anti-lumière bleue. Or, les deux peuvent être utilisés en complément.

Michele Farber a également évoqué la possibilité d’utiliser de la crème solaire. En revanche, il incombe de se doter d’un produit dont la formule protège de la lumière bleue en réfléchissant les rayons lumineux, c’est-à-dire une crème composée de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc.