in

La libération massive de méthane par le dégel du pergélisol, un scénario crédible ?

Crédits : Miriam Jones, USGS.

Si l’altération du pergélisol et des hydrates de méthane par le réchauffement climatique peut potentiellement libérer d’importantes quantités de méthane, de récents résultats appuient l’idée qu’un tel scénario-catastrophe est très improbable. L’étude a été publiée le 21 février 2020 dans la revue Science

Lorsque l’on appréhende le réchauffement climatique dans sa complexité, on aborde inévitablement la question du risque d’emballement. C’est-à-dire la probabilité que la hausse des températures s’alimente elle-même, au point d’échapper à tout contrôle.

Réservoirs naturels de carbone et réchauffement climatique

C’est ce qui pourrait se passer si les réservoirs de carbone que sont le pergélisol ou les hydrates de méthane venaient à être déstabilisés. Des quantités massives de gaz à effet de serre afflueraient alors vers l’atmosphère. En particulier le méthane, dont le pouvoir réchauffant est 85 fois plus élevé que celui du dioxyde de carbone à échéance d’une vingtaine d’années. Il va sans dire que dans un tel scénario, le changement climatique prendrait une tournure critique.

Toutefois, il s’agit là d’un potentiel très théorique. En réalité, il existe une forte incertitude sur la capacité qu’aurait le méthane à atteindre l’atmosphère. En effet, une partie serait vraisemblablement recyclée par divers processus. Et ce, bien avant d’avoir eu le temps de quitter le sol. La question est donc de savoir quelle est la part qui pourrait effectivement s’échapper de ces réservoirs d’ici à la fin du siècle. Un sujet majeur puisqu’il s’agit d’évaluer une rétroaction positive qui va plus ou moins accélérer le réchauffement.

méthane
Évolution de la concentration atmosphérique en méthane depuis 1983. La hausse observée est essentiellement le fait des activités humaines (agriculture, combustibles fossiles, etc.). Crédits : NOAA.

Dans un papier paru dans la revue Science, des chercheurs ont tenté de répondre à la question en étudiant la dernière déglaciation il y a -18 000 à -8 000 ans. « Cette période est un analogue partiel à aujourd’hui, lorsque la Terre est passée d’un état froid à un état plus chaud » explique Michael N. Dyonisius, auteur principal. « Mais lors de la dernière déglaciation, le changement était naturel. Maintenant, le changement est entraîné par l’activité humaine, et nous passons d’un état chaud à un état encore plus chaud ».

Rejet massif de méthane : un scénario très improbable

Les scientifiques ont foré plusieurs carottes de glace en Antarctique de l’est, au niveau du glacier Taylor. Ceci afin de mesurer le taux de carbone-14 des molécules de méthane contenues dans les bulles d’air. Un isotope radioactif du carbone qui permet de retracer l’origine fossile ou contemporaine du méthane présent à un moment donné de l’histoire. Et les mesures sont très claires. Durant la dernière déglaciation, les rejets liés au recul du pergélisol ou à la déstabilisation des hydrates furent mineurs.

pergélisol méthane
Le pergélisol. Il contient d’importantes quantités de matière organique, pour l’instant préservées de l’oxydation par le gel. Toutefois, avec le réchauffement climatique, une partie du carbone organique est libérée dans l’atmosphère. Soit sous forme de dioxyde de carbone, soit de méthane. Deux gaz à effet de serre majeurs. Crédits : Pixabay.

Ces résultats corroborent le fait que des mécanismes intermédiaires ont lieu, lesquels oxydent une partie du méthane avant qu’il n’atteigne l’atmosphère. Il s’agit pour l’essentiel de processus biologiques impliquant microbes et bactéries consommatrices de CH4. Les données obtenues dans le cadre de l’étude pointent de fait vers un effet tampon marqué. Des résultats qui suggèrent avec force que les émanations de méthane des réservoirs naturels resteront marginales. En tout cas, à l’échelle des cent prochaines années au moins.

« L’un des points à retenir est que nous devons nous préoccuper davantage des émissions anthropiques – celles provenant des activités humaines – que des rétroactions naturelles » souligne Michael N. Dyonisius.

Articles liés :

Nos émissions de méthane ont été largement sous-estimées

Un nouveau “pic” de méthane détecté sur Mars

Un grand minimum solaire serait-il en mesure de stopper le réchauffement climatique ?