in

La SLS revient sur la rampe de lancement pour un test crucial

Crédits : NASA/Ben Smegelsky

L’énorme fusée SLS de la NASA qui est chargée de renvoyer les humains vers la Lune se dresse à nouveau sur sa rampe de lancement du Kennedy Space Center, en Floride. Le lanceur est en cours de préparation pour opérer, on l’espère, son dernier test de répétition générale humide après plusieurs soucis techniques.

La fusée SLS (Space Launch System) est sortie de son bâtiment d’assemblage ce lundi matin pour parcourir les 6,4 kilomètres jusqu’à la rampe de lancement 39B. Pour ce voyage long de huit heures, le Crawler-Transporter 2 (CT-2) (la machine de guerre de la NASA) s’est de nouveau illustré. La fusée a ensuite été connectée aux systèmes au sol en préparation d’une énième répétition générale humide qui devrait avoir lieu dans environ deux semaines.

Cela marque le deuxième retour de la fusée sur la rampe de lancement, alors que l’équipe au sol de la NASA a déjà connu trois tentatives infructueuses. La première de ces répétitions était prévue pour le 1er avril. Elle avait été retardée en raison de problèmes techniques empêchant l’équipage de charger la fusée avec du carburant. Au cours du second test, prévu le 11 avril dernier, l’équipe avait dû composer avec une valve défectueuse, conduisant les ingénieurs à modifier la procédure. Dès lors, seul l’étage central, et non l’étage supérieur, devait être chargé en ergol cryogénique. Enfin, la troisième tentative du 14 avril a été marquée par une fuite d’hydrogène liquide du mât ombilical reliant la base du lanceur mobile à l’étage central.

sls nasa fusée
La fusée SLS dans son bâtiment d’assemblage. Crédits : NASA

Le début de l’ère Artemis

Depuis lors, l’énorme fusée de 98 mètres de haut est restée dans le bâtiment d’assemblage des véhicules pendant que les techniciens et ingénieurs travaillaient à résoudre tous ces problèmes techniques. Ils ont resserré les joints sur la connexion ombilicale dans l’espoir de réparer la fuite d’hydrogène. Ils ont également remplacé la valve à hélium de l’étage supérieur qui avait échoué en raison de débris de caoutchouc coincés dans le mécanisme, entre autres réparations.

Si la prochaine répétition générale se déroule finalement comme prévu, la fusée retournera à nouveau dans son bâtiment d’assemblage pour les derniers préparatifs de lancement. Son envol marquera le début officiel de l’ère Artemis qui tentera de ramener des humains sur la Lune.

La mission Artemis 1 sera une mission sans équipage, bien que des mannequins seront à bord pour effectuer des mesures d’exposition au rayonnement. L’objectif sera de faire le tour de la Lune et de revenir sur Terre. Son lancement est prévu entre les mois d’août et septembre prochains.